carreCC81schaises1

Une chaise dans le paysage

En finnois quand on crie fout-moi la paix, on dit en
fait : laisse-moi être.

J’aime être à un endroit.
J’aime qu’on me foute la paix !
Qu’on me laisse le temps d’être là, de regarder, d’emmagasiner les sensations de l’espace, les contours, les bruits, m’inscrire dans un lieu, prendre place (racine !).
Le contraire de la précipitation.
La photo, qui est un instant précipité, ultra précipité, instantané, résulte du regard, de l’envie et de ce temps impossible à déterminer qui la précèdent.

L’attente résumée dans l’objet. 
La chaise. 
Symbolisée par.
L’objet anthropomorphe qui révèle et l’action de l’inaction et l’attente assise et le corps qui est, avec son mystère premier, assis sur une chaise, le corps qui réfléchit parle pleure sourit agit pense lit, dont l’esprit s’échappe, reste libre, impossible à définir avec certitude. J’aime cet irréductible-là, de l’esprit dans le corps sur la chaise. Le corps sur la chaise, la présence reconnaissable même de très loin, comme trois points forment un visage : la silhouette inscrit un personnage dans le lieu, l’image, le paysage.

Trouver la chaise qui sera légère (mon dos) et transportable facilement avec la voiture du Parc. Commencer avec cette chaise qui sera une position dans l’espace, qui sera le cadre, le processus, le protocole, un prérequis, le truc là pour commencer, et nous verrons. Parce que c’est peut-être ça l’élan qui a pris place, cette envie de garder une trace, d’être en mesure de renouer avec, de convoquer, d’interpréter, de garder la marque du lieu, l’infime.
(…)

La suite 
à lire et à voir en vidéo
sur le site remue.net à la page de ma résidence en Essonne.

Vidéos Marjolaine Grandjean, son Bertrand Larrieu.

remue.net Essonne résidence auteure pauline sauveur photo chaise

remue.net Essonne résidence auteure pauline sauveur photo chaise

PaulineSauveurchaise1

expo et lecture à Gien – changement de date : 10 février

Arpenter. C’est peut-être le verbe
le plus important.
Découvrir pourrait être le second,
verbe.
S’asseoir, regarder, rencontrer,
photographier.
Partager. Savourer. Inviter. Lire.
Lire et écrire. Manger et dormir aussi. Dormir ici.
Une résidence d’auteure, c’est un
projet curieux. C’est une suite d’actions, mêlées à toutes celles qui
s’imposent, qui découlent du programme qui a été mis en place avec les
structures partenaires, ici le Parc Naturel du Gâtinais Français et la bibliothèque
départementale de l’Essonne.
Je suis venue pendant un an
régulièrement habiter en Sud Essonne, cette région que je ne connaissais pas. Pour
rencontrer les publics : élèves, collégiens, ados, adultes, participants…
Des gens. Pour travailler. Parce qu’il s’agit de ça, une résidence c’est
l’occasion d’un autre travail, privilégié, avec du temps, des interlocuteurs, du
calme ou pas, des surprises. Un cadre.
Alors j’ai travaillé, j’ai écrit,
et j’ai écrit à propos de ce travail, ces étapes, dans un journal de la
résidence, j’ai photographié aussi, le paysage, le territoire inconnu, les
carrières, les carriers, et ma chaise.


auteure sauveur pauline résidence carrières de grès Essonne lecture exposition médiathèque Gien
Exposition du 18 janvier au 11 février 2017
journal de résidence et mémoire des carriers
dans les coursives de la médiathèque de Gien
Lecture rencontre et finissage de l’expo 
le 10 février 2017
Vernissage à partir de 19h30 et lecture à 20h30
Médiathèque Espace Culturel
8 rue Georges Clémenceau – 45500 Gien
Entrée gratuite – Réservation conseillée 02 38 05 19 51
Bienvenus !

une chaise dans le paysage

En finnois quand on crie fout-moi la paix ! On dit en fait : laisse-moi être.

J’aime être à un endroit.
J’aime qu’on me foute la paix !
Qu’on me laisse le temps d’être là, de regarder, d’emmagasiner les sensations de l’espace, les contours, les bruits, m’inscrire dans un lieu, prendre place (racine !).
Le contraire de la précipitation.
La photo, qui est un instant précipité, ultra précipité, instantané, résulte du regard, de l’envie et de ce temps impossible à déterminer qui la précèdent.
L’attente résumée dans l’objet.
La chaise.
Symbolisée par.
L’objet anthropomorphe qui révèle et l’action de l’inaction et l’attente assise et le corps qui est, avec son mystère premier, assis sur une chaise, le corps qui réfléchit parle pleure sourit agit pense lit, dont l’esprit s’échappe, reste libre, impossible à définir avec certitude. J’aime cet irréductible-là, de l’esprit dans le corps sur la chaise. Le corps sur la chaise, la présence reconnaissable même de très loin, comme trois points forment un visage : la silhouette inscrit un personnage dans le lieu, l’image, le paysage.
Trouver la chaise qui sera légère (mon dos) et transportable facilement avec la voiture du Parc. Commencer avec cette chaise qui sera une position dans l’espace, qui sera le cadre, le processus, le protocole, un prérequis, le truc là pour commencer, et nous verrons. Parce que c’est peut-être ça l’élan qui a pris place, cette envie de garder une trace, d’être en mesure de renouer avec, de convoquer, d’interpréter, de garder la marque du lieu, l’infime.
(…)

*Vidéos Marjolaine Grandjean, son Bertrand Larrieu.

à retrouver à lire et à voir également
sur le site remue.net à la page de ma résidence en Essonne.