Témoignages des descendants de carriers – Résidence Essonne #3

Je suis née le 24 décembre 1934 à Arbonne la Forêt. Mes parents étaient originaires de Slovaquie. Ils sont arrivés en France en 1929.

A Arbonne, il y avait essentiellement des agriculteurs. Les gens avaient des fermes et il n’y avait pas d’ouvriers carrier. La main-d’œuvre était essentiellement Slovaque, Portugaise et Italienne.

Alors moi le jeudi j’amenais le repas de mon père en vélo. J’aimais bien aller en  forêt. Il travaillait vers Noisy sur école vers la forêt des trois pignons. Il fallait s’enfoncer dans le bois où il y beaucoup de châtaigniers. J’allais le regarder travailler et je lui apportait son repas. J’aimais beaucoup le voir.

Pour travailler, les patrons de carriers devaient avoir des concessions. Pour cela, ils allaient au bureau de tabac pour acheter un timbre. Les deux partis signaient le timbre en mentionnant la date. Les concessions étaient données pour 3, 6 ou 9 ans.

Puis ensuite, les carriers rendaient le terrain au propriétaire. Les carriers signaient un bail sous seing privé, c’est-à-dire qu’ils ne passaient pas devant le notaire.

Les carriers mettaient les pavés dans des tombereaux tirés par les chevaux. Ils mettaient un cheval à l’arrière pour freiner les tombereaux. Les charrettes étaient équipées avec des barres de chêne fixées en travers pour éviter que les bordures ne glissent.
La taille était un art. Il fallait être puissant et précis ; le coup devait toujours tomber au même endroit, comme les bûcherons. Il y avait une justesse de l’arrivée du coup.

Mon grand-père était un activiste socialiste. Quand il est venu en France il y avait Jaurès, le « phare ». Et l’abattoir était un lieu très intense d’activistes socialistes, en lutte contre les propriétaires terriens, c’était sévère. Politiquement, les carriers étaient très engagés à gauche.

Ils ne votaient pas mais en parlaient beaucoup et arboraient le drapeau rouge. Les carriers étaient également très anticléricaux et ils ont fait bien des misères aux curés. Cela s’est atténué avec l’arrivée des Portugais qui étaient très religieux.

Quand j’étais plus jeune, souvent, mon père ne travaillait pas le jeudi pour rester avec moi et m’empêcher ainsi de monter à la carrière. S’il travaillait, je montais l’après-midi vers 4h avec un petit casse-croûte.

Comme il ne voulait pas que je devienne carrier plus tard, il m’éloignait souvent du chantier, me demandait d’aller voir Lino et Bielle, savoir si ils avaient de la bonne pierre, où ils en étaient. Comme cela, il m’éloignait du chantier pendant 2h et le temps que je revienne, il était l’heure de rentrer.
C’était quand même un travail difficile. J’ai vu plusieurs fois mon père s’évanouir parce qu’il avait tapé avec une masse pendant des journées entières. Quand on tape pendant toute une journée avec une masse, le cœur est fragilisé. Mon père pouvait s’évanouir le soir tellement il était fatigué. C’est arrivé aussi sur la carrière.

Dans la région, j’ai vu les carriers travailler avec simplement un marteau, une masse et un pointeau. Ils ne mettaient pour ainsi dire pas de lunette. Combien de fois mon père a été obligé d’aller chez l’opticien quand il y en avait un dans le coin ou sinon chez le docteur, pour faire retirer des éclats de fer dans les yeux. Il en avait dans les bras parfois.

Les carriers fendaient directement la pierre avec des outils en acier. C’est pour cette raison qu’il y avait trois forgerons à Boutigny. A la forge, quand le métal était chauffé, il passait par toutes les couleurs. Puis, à un moment précis, il fallait le tremper dans l’eau. Certains forgerons trempaient le métal dans de l’huile de récupération.

(…) Extraits de témoignages de descendants de carriers. 

Témoignages récoltés par le Parc Naturel Régional du Gâtinais.

Résidence d’auteure en cours
avec la bibliothèque départementale de L’Essonne
et le Parc Naturel Régional du Gâtinais.

Journal de la résidence à lire sur la page dédiée à la résidence sur le site de la revue littéraire remue.net

Carnet journal de résidence – Essonne #2

« La résidence d’écriture se révèle pour tout auteur un moment essentiel dont l’enjeu est double : pouvoir poursuivre en toute quiétude son travail de création, et s’inscrire dans un territoire, un lieu d’accueil par diverses interventions (rencontres et lectures publiques, ateliers d’écriture, etc.).
Si les modalités diffèrent selon les structures (l’auteur ne « réside » pas forcément sur place, mais assure des moments de présence), et si ces dispositifs s’accompagnent de quelques paradoxes, il s’agit toujours d’affirmer la place de l’écrivain dans le contemporain. »

Introduction par la revue littéraire en ligne remue.net
C’est une véritable question car c’est un véritable projet pour un auteur, c’est pas anodin une résidence.

Alors commencer un journal car page des auteurs hébergée par la revue, en partenariat avec la région Île de France.
Réfléchir à cette idée, d’un journal, d’un carnet, en papier ou pas.

Commencer. Et proposer :

  • NOTES #1 (11 – 24 OCT. 2015)

    • Journal de résidence de Pauline Sauveur (Conseil départemental de l’Essonne)
      – Démarrage

    NOTES #2 (28 – 30 OCT. 2015)

    • Journal de résidence de Pauline Sauveur (Conseil départemental de l’Essonne)
      — Découvrir où lire et c’est partir

    NOTES #3 (12 NOV. – 25 NOV.)

    • Journal de résidence de Pauline Sauveur (Conseil départemental de l’Essonne)
      — Le 13 novembre. La veille et les jours qui suivent, se poursuivent. Les rencontres.

    NOTES #4 (3 – 9 DÉCEMBRE 2015)

    • Journal de résidence de Pauline Sauveur (Conseil départemental de l’Essonne)
      — De la voix silencieuse dans la tête ou le carnet. Du poison dans les mots de la voix.

Commencer à écrire, noter, dans ce carnet, parmi d’autres.

carnet sauveur pauline CRIF PNR et BDP Essonne résidence d'auteure
page 1

Habiter là un moment.

Découvrir le bibliobus que l’on me prêtera, avec chauffeur 🙂

Résidence île de France, soutenue par la région du même nom
avec la BDP, bibliothèque départementale de l’Essonne
et le PNR, le parc naturel régional du Gâtinais.

Habitants souriants – Chaumont #4

Rencontre à la maison de quartier de la Rochotte
Quelles personnes sont là,
mais aucunes ne compte rester pour l’atelier annoncé :
« photos intérieur/ extérieur » semble faire peur.

Alors, avant qu’ils ne partent tous,
je tente plus simple.
J’allais écrire le tout pour le tout.
Mais non pas d’enjeu vital, pas de bataille.
Mais oui, plonger, sauter sans filet.
Même s’il n’y a que le risque du refus, poli qui plus est.

Je propose que chaque personne pose avec un objet.

Profiter du pan de mur rouge
du vert pomme du canapé pour enfant
du blanc alvéolé du radiateur
du sourire de chaque personne
de leur regard amusé
et de leur attente un peu sur la réserve.

Finalement plein d’images.
Les mains, les objets, les clés, les tasses, les gens, les sourires, la lumière.

C’est assez simple et joyeux.
L’enthousiasme est communicatif.
Je compte sur mon sourire pour faire sourire,
comme nous a raconté Rinko Kawauchi avec ses modèles.

La dame qui gère la maison
la jeune femme avec elle
la petite fille qui a fait des bonhommes de neiges en chaussettes
le monsieur qui vient avec son appareil photo
le stagiaire qui est aussi pigiste au journal local
la dame qui a travaillé avec des réfugiés  » j’en ai eu plein, de partout hein, alors le globe, c’est quand même lié à mon travail, là, même si je ne suis jamais allée nulle part »
madame le maire
la dame avec un T-shirt de toutes les couleurs
La dame du service d’urbanisme
Céline des Silos
la belle vielle dame qui était venue aussi aux lectures,
qui me fait penser à mes grands mères,
le papa de la petite fille qui sourit, qui veut bien poser avec sa fille, qui repart chercher la chaise qu’il a fabriqué lors de l’atelier palettes, sa fille assise et sérieuse, qui veut bien se lettre debout sur la chaise de son père, et lui qui lui dit de jouer les stars, puis il rajoute » tout le monde ! Tout le monde ! »

Et voilà.
12 personnes, et de quoi convaincre les prochains, j’espère, avec les photos 🙂
Et toujours cette envie de réaliser « les Permutations »
Les photos dedans dehors.

Avant cette séance
on avait rencontré les deux responsables de l’Eco point, qui recycle les monstres.
Vu le nombre de garages vides dans le quartier, quelques uns sont utilisé pour accueillir les monstres.
Chacun peut laisser devant l’Eco point ce qu’il ne veut plus, et le technicien qui travaille dans le quartier, en passant ouvre le portail et range (extrêmement bien) l’objet avant qu’il ne soit recyclé.

Et un canapé vous auriez ça?
Oh oui, pas de problème, il y en a plusieurs même.
Et au moment de partir l’une d’elles me propose : et une lampe de salon, un petit meuble ça vous dirait pour votre installation?
Ah oui 🙂

Affaire à suivre
en janvier
Qui sait
Peut-être sous la neige ?

Ville et littérature – Chaumont #3

C’était le thème de ce 13ème salon du livre de Chaumont

Ce fut riche et intense

avant
avec l’installation de l’exposition « Bruissements intimes »
et l’installation de l’autre expo « Presqu’îl-e »

et pendant
avec la participation au Salon
les lectures sous le chapiteau
les lectures dans les univers douillets
(celui pour les contes avec des coussins moelleux)
les dédicaces
les rencontres avec les écoles
les rencontres avec les auteurs
les rencontres avec les gens, curieux, contents d’être là, à cette fête du livre.

Merci à chacun
pour ces moments-là
joyeux
denses
importants.

Presqu’îl-e – extrait de la version littéraire et de la version théâtrale du texte
Suspendus dans l’univers double hauteur
Presqu’îl-e – les photos
Désir nu – nouvelle sur tissu
L’entrée des univers doubles – Bruissements intimes
(c’est le nom donné aux petites salles imaginées dans les silos à grain)
Photos en boites
 les objets complices
 L’objet, la preuve et le texte (sur le bloc)
 L’attend – carnet participatif
 L’attend
 Accrochages en cours
 Mise sous cadres
En attente des auteurs
et des livres 🙂

Approcher le grès – Essonne #1

Cette pierre particulière,
résistante.
Voilà.

Le grès
cette pierre
non-gélive
qui marque le fer
qui l’use
et le fait étinceler.

sauveur pauline auteure résidence roche PNR Gâtinais BDP Essonne carrière grès

Après ce 13 novembre sombre, douloureux.
Presque désespérant, presque.

Résister
Penser
encore
agir

et toucher la pierre
la peau

sauveur pauline auteure résidence roche PNR Gâtinais BDP Essonne carrière grès

ma résidence commence
j’en suis très heureuse
ma résidence île de France
soutenue par la région du même nom
avec la BDP, bibliothèque départementale de l’Essonne
et le PNR, le parc naturel régional du Gâtinais.

sauveur pauline auteure résidence roche PNR Gâtinais BDP Essonne carrière grès

approcher la pierre
la peau du territoire, et ce qu’il y a juste sous sa peau, sa terre
ces carrières affleurantes
entre banc de roche et sablons dorés

envisager
et commencer à rêver

sauveur pauline auteure résidence roche PNR Gâtinais BDP Essonne carrière grès

à imaginer
l’outil magique
et mobile
le grand atelier
sur roues
qui va sillonner…

sauveur pauline auteure résidence roche PNR Gâtinais BDP Essonne carrière grès

Prenez soin
de vous
des vôtres
et des autres.

Résidence d’auteur – Chaumont #2

résidence d'écriture sauveur pauline auteur les silos maison du livre et de l'affiche Chaumont

Oh


dans les univers doubles

du deuxième étage

je continue

et
mesure
les cimaises
et les murs
de béton
résidence d'écriture sauveur pauline auteur les silos maison du livre et de l'affiche Chaumont

Je rencontre
des gens
et je lis
Le salon aux cerises
et les textes sur les maisons
Je propose une interprétation du sujet ô combien
sérieux :
Le quotidien exotique – Redécouverte de l’espace et des objets
quotidiens par le dépaysement. Approche sensible des références emblématiques
(ou pas) du design et du mode de vie finlandais.

résidence d'écriture sauveur pauline auteur les silos maison du livre et de l'affiche Chaumont

Je rencontre
encore
des habitants
des enfants
qui écoutent sans s’asseoir
ou qui en ont marre
à la fin
et si on les laissait
s’amuser
et que je lise
pour les mamans

Ce sont les mamans qui sont venues
écouter lire

Les mamans 
les actifs du comité de quartier
et ceux qui nettoient 
les communs
des immeubles
cette équipe là 
au complet

J’aime lire
sérieusement
pour offrir
ça me touche
que des gens
accueillent
ce que je lis

résidence d'écriture sauveur pauline auteur les silos maison du livre et de l'affiche Chaumont

Je rencontre

des lycéens
(plein la grande salle)

attentifs le plus souvent

et trois endormis
(c’est tôt faut dire, et il fait bon, et j’ai une voix
calme me dit-on)
Se prépare
Ma prochaine venue
Et l’installation
De Bruissement intimes

Je rencontre
ceux qui travaillent aux Silos
qui m’invitent à prendre l’ascenseur du personnel
qui me montrent les réserves
le sous-sol et les espaces de stockage

effectivement les cadres sont principalement
Au format
A3+

Extraits – lectures, sons, présence, musique, manifeste, mots… Public averti*

Cette soirée là, le samedi 12 septembre 2015.
On était 6 auteurs et 1 musicien :
BITOUZET * CORNU * FONTENEAU * HERROU * JOUAN * SAUVEUR *
* Public Averti à Sancerre
et Roby Rousselot au piano et à l’accordéon (à qui on doit l’enregistrement, merci !)
au Café Art Tour Martine.
A ré-écouter en ligne :
La lecture du manifeste du collectif par Laurent Herrou*
La lecture de Camille Cornu*
A suivre également sur Facebook :

Expo – Bruissements intimes 02 – à Nevers

A l’occasion du mois de la photo
j’installe à nouveau Bruissements intimes
textes, objets, textile, photo.

Avec le plaisir d’un vrai dialogue photo avec Aurélie Laroche.

Les images se répondent, se complètent, se mêlent , pour prolonger l’histoire.

sauveur pauline laroche aurélie mois de la photo expo nevers Bruissements intimes
Bruissements intimes – Pauline Sauveur

sauveur pauline laroche aurélie mois de la photo expo nevers Bruissements intimes
Bruissements intimes – Aurélie Laroche

Vernissage demain !
à partir de 15h30
au 3 rue Sabotier – 58000 Nevers
L’expo sera en place jusqu’au 1er novembre
Nous seront présentes, l’une et / ou l’autre les samedis
mais également régulièrement au fil des jours d’ouverture
les mercredis, vendredi, samedi et dimanche de 15h à 18h.

sauveur pauline laroche aurélie mois de la photo expo nevers Bruissements intimes

sauveur pauline laroche aurélie mois de la photo expo nevers Bruissements intimes

sauveur pauline laroche aurélie mois de la photo expo nevers Bruissements intimes

sauveur pauline laroche aurélie mois de la photo expo nevers Bruissements intimes

sauveur pauline laroche aurélie mois de la photo expo nevers Bruissements intimes

Au plaisir de vous y accueillir !

Résidence d’auteur – Chaumont #1

En résidence avec les Silos,
maison du livre et de l’affiche
de Chaumont (52000)

sauveur pauline auteur résidence les silos Chaumont

Salon du livre en novembre « Ville et architecture »
alors écriture autour
du thème
avec l’envie et le projet « Permutations. »

sauveur pauline auteur résidence les silos Chaumont

Venir et revenir
s’installer
dans l’appartement pour 10 personnes, désert…

sauveur pauline auteur résidence les silos Chaumont

Et tous ces verbes
regarder, écouter, lire, découvrir, rencontrer,
réfléchir, imaginer, dormir, manger, écrire
photographier, prendre des mesures, arpenter…

sauveur pauline auteur résidence les silos Chaumont

sauveur pauline auteur résidence les silos Chaumont

sauveur pauline auteur résidence les silos Chaumont

Expo – Bruissements intimes 02 – à Nevers

A l’occasion du mois de la photo
j’installe à nouveau Bruissements intimes
textes, objets, textile, photo.

Avec le plaisir d’un vrai dialogue photo avec Aurélie Laroche.

Les images se répondent, se complètent, se mêlent , pour prolonger l’histoire.

sauveur pauline laroche aurélie mois de la photo expo nevers Bruissements intimes
Bruissements intimes – Pauline Sauveur

sauveur pauline laroche aurélie mois de la photo expo nevers Bruissements intimes
Bruissements intimes – Aurélie Laroche
Vernissage demain !
à partir de 15h30
au 3 rue Sabotier – 58000 Nevers
L’expo sera en place jusqu’au 1er novembre
Nous seront présentes, l’une et / ou l’autre les samedis
mais également régulièrement au fil des jours d’ouverture
les mercredis, vendredi, samedi et dimanche de 15h à 18h.

sauveur pauline laroche aurélie mois de la photo expo nevers Bruissements intimes

sauveur pauline laroche aurélie mois de la photo expo nevers Bruissements intimes

sauveur pauline laroche aurélie mois de la photo expo nevers Bruissements intimes

sauveur pauline laroche aurélie mois de la photo expo nevers Bruissements intimes

sauveur pauline laroche aurélie mois de la photo expo nevers Bruissements intimes

Au plaisir de vous y accueillir !

Résidence d’auteur – Chaumont #1

En résidence avec les Silos,
maison du livre et de l’affiche
de Chaumont (52000)

sauveur pauline auteur résidence les silos Chaumont

Salon du livre en novembre « Ville et architecture »
alors écriture autour
du thème
avec l’envie et le projet « Permutations. »

sauveur pauline auteur résidence les silos Chaumont

Venir et revenir
s’installer
dans l’appartement pour 10 personnes, désert…

sauveur pauline auteur résidence les silos Chaumont

Et tous ces verbes
regarder, écouter, lire, découvrir, rencontrer,
réfléchir, imaginer, dormir, manger, écrire
photographier, prendre des mesures, arpenter…

sauveur pauline auteur résidence les silos Chaumont

sauveur pauline auteur résidence les silos Chaumont

sauveur pauline auteur résidence les silos Chaumont

Un automne*public averti – l’expo

Des photos de la belle expo !

L’expo privée est visible jusqu’au 18 octobre.
Renseignements sur la page Facebook de public averti*

La performance d’Alexandra Guillot

———————–

Les sculptures de Caroline Valmar dans le petit salon

———————–

L’installation lumineuse de Jean-Baptiste Ganne dans l’une des chambres

———————–

Les photos de Cyrille Berger à l’étage des greniers

———————–

Les photos de Torsten Solin dans le couloir proche de l’entrée

———————–

Et les miennes dans une autre chambre : « Anima / Animal »

un automne*public averti – EXPO

Exposition privée

du 25 septembre 
au 18 octobre 2015
Château de Villequiers (18800)

Vernissage : le vendredi 25 septembre 2015 à partir de 18h

contact : laurent.herrou@gmail.com 
performance exposition public averti un automne
photo  Torsten Solin
Les artistes *, les œuvres…

* Cyrille Berger, « Clin d’œil »

« Avec une attention toute particulière, nous regardons les objets qui nous entourent,
qu’ils soient nôtres ou pas, et chaque regard porté sur chaque objet déclenche
systématiquement une suite de pensées, des souvenirs, des réflexions. Ces objets que
nous amassons au fil du temps et qui sont en quelque sorte témoins de notre vie ont une
vie, et nous ne les possédons plus, ils nous possèdent, comme des petits fantômes. J’ai
voulu témoigner de cette humanité en l’exagérant, en leur collant ces petits yeux de
plastique dessus avec de la gomme adhésive et en capturant un portait
anthropomorphique amusant, comme un clin d’œil. Ce sont eux qui nous regardent
maintenant, avec une attention toute particulière. »

Cyrille berger est illustrateur et graphiste dans la communication et la presse.

performance exposition public averti un automne

* Jean-Baptiste Ganne, « D.A.F de Sade, Dialogue entre un prête et un moribond »

Techniques mixtes.
Environ 10h.
(1782 / 2011 / 2015)

«Chaque château, comme vieille demeure, a dû voir passer nombres d’hommes
mourants. Sade, en 1782, écrit un texte politique superbe, le Dialogue entre un prêtre et
un moribond. C’est en langage morse visuel, dans une des chambres du château, que
nous allons réinterpréter ce dialogue. L’homme libre et libertin qui sera emporté par la
mort sera interprété par une lampe et le prêtre moraliste par une autre. Cette lecture de
dix heures, de jour ou de nuit, s’achève par la victoire rhétorique du moribond sur le
prêtre qui devient, dans les bras des femmes : “un homme corrompu par la nature, pour
n’avoir pas su expliquer ce que c’était que la nature corrompue” »

Jean-Baptiste Ganne, né en 1972 à Gardanne, vit à Nice.

performance exposition public averti un automne

* Alexandra Guillot, « Silencio »

Performance.
Destructeur de documents, papier, table.

« C’est une performance que j’ai réalisée à plusieurs reprises. Elle m’a été inspirée, à une
époque où je n’arrivais plus à écrire, par une citation de Mallarmé : “Sur le vide papier
que la blancheur défend”. Quand je suis, par hasard, tombée sur ce destructeur de
documents qui s’appelait Silencio, l’idée a pris forme. Je m’isole dans une pièce plongée
dans l’obscurité, la seule source de lumière éclairant la table où j’officie. Devenant un
être intemporel qui évolue dans une autre sphère, on me voit passer au broyeur des
feuilles blanches. Au fur et à mesure que le temps s’écoule, le tas de feuilles laminées
grossit, enfle, pour devenir une sculpture. Au départ, c’était une sculpture, c’est devenu une performance, aujourd’hui je peux dire que c’est une sculpture dont je fais partie.
Cette œuvre est emblématique pour moi du passage du littéraire au plastique. C’est un
acte d’isolement qui renvoie à la solitude de l’écrivain, à une autre nuit aussi. »

Alexandra Guillot est née en 1980 à Bayonne.
Elle est membre du collectif La Station (Nice), et fondatrice du site Le chant des matelots.

performance exposition public averti un automne

* Pauline Sauveur, « Anima / animal »

« Animal absent habitant cet endroit.
Une légère brise sur un pelage froid.
D’une confrontation silencieuse vers l’entrouverture.
Dans ses yeux de verre, dans son visage d’animal maintenu, convoqué, abritant une trace
du vivant, lieu de l’enjeu, en je, lui ou moi personnage, j’envisage ma propre question. »

Pauline Sauveur est auteure, photographe et architecte.
Son site : lecoeurcaramel.blogspot.fr

performance exposition public averti un automne

* Torsten Solin, « Broken Mirrors »

C’est le thème du miroir et de la réflexion que l’artiste explore depuis plus de dix ans.
Ces images, qui rappellent en partie les tests de Rorschach, ont été créées à partir de la
méthode surréaliste de l’« inversage », mise au point en 1977 par l’artiste tchèque Milan
Nápravník. Jacques Lacan déclare dans sa théorie du « stade du miroir » que
l’observateur n’est pas confronté, dans le miroir, au reflet de sa propre personne, mais
juste à une image, une projection de celle-ci.

Torsten Solin est né en 1972 à Jena.
Il vit et travaille à Berlin.

* Caroline Valmar, « No more barbed wire I & II »

Deux massacres de cerfs de Sologne (13 cors chacun), et barbelés.
Présentés sur une
table réalisée par José Rhit.
Céramique, cuisson basse température et enfumage.

« J’ai, au départ, commencé par des sculptures d’animaux (fauves, bisons, cerfs, toros),
par goût du mouvement et du muscle.
Puis l’évolution s’est faite en direction des primates pour leur expressivité proche de
celle de l’homme.

Et puis l’homme.
L’homme premier, originel, celui de l’Est de l’Afrique, de la vallée de l’Omo, du grand
Rift ; celui du berceau de l’humanité. »

Après une vie émaillée d’études d’histoire et d’archéologie, de nombreux voyages dans un
cadre professionnel et la réalisation d’une vie de famille, Caroline Valmar « restitue » des
impressions, des connaissances, des expériences, des flash visuels accumulés depuis 50 ans. 

public averti* – collectif

Samedi 12 septembre

à 18h30
démarrait le second évènement public averti*
6 auteurs allaient lire
un texte, un extrait,
à paraitre, paru, en cours d’écriture.
Par ordre de lecture :
Camille cornu
Pauline Sauveur
Pascale Fonteneau
Alexandra Bitouzet
Olivier Juan
Laurent Herrou
accompagnés par
Roby Rousselot
au piano 
à l’accordéon
Avant cela, pour la première fois
le manifeste du collectif
a été officiellement annoncé
L’annonce fut directe et simple
le texte l’est aussi
qui affirme
l’avertissement
de ce public
averti d’être là
face aux artistes
présents
et libres
« Avertissement
L’affiche était réalisée, nous n’avions pas de titre pour l’exposition, nous présentions notre travail lors d’un festival, à La Charité sur Loire, nous étions : une photographe, un illustrateur et un écrivain, nous nous étions rencontrés entre Cher et Nièvre où nous vivons tous les trois.
Nos noms s’affichaient, notre travail et les lectures que nous ferions à telle date, à telle autre.
Nous avions conscience que le travail que nous présentions était réservé à un public adulte, aussi avions-nous pris soin d’adjoindre au mot Lecture un astérisque.
Qui renvoyait en bas de l’affiche.
* Public averti.
Nous sommes des artistes, c’est le travail que nous faisons qui a du sens, pas les restrictions que l’on peut y poser.
Nous sommes des artistes, la morale n’a rien à voir.
Nous sommes des artistes et il fut un temps où nous représentions un danger pour une certaine idée de la société : parce que nous sommes libres.
L’idée est venue que nous pourrions, à trois, former un collectif.
L’idée est venue que ce collectif ne serait pas limitatif, qu’il s’ouvrirait à d’autres artistes, à d’autres formes d’art. L’idée est venue qui était une belle idée, pas une recherche de subventions, ni une manière de prendre le pouvoir.
Non.
Plutôt une manière de le rendre à ceux qui font l’art : les artistes.
Nous ne sommes pas une structure, nous ne sommes pas une administration, nous ne sommes pas un compte en banque : nous avons un estomac, des yeux, des oreilles, un sexe. Nous nous servons de ce que nous avons, appelez cela du talent.
Vous avez ce droit-là.
Comme nous avons celui de tout dire, de tout montrer, de tout faire.
Nous ne nous privons pas.
* Public averti.
Le nom du collectif s’imposait : puisque nous allions vous avertir de ce que nous faisions, de qui nous étions.
Le nom du collectif s’imposait, le miroir de ce que nous disons : vous êtes ce public averti qui nous entend, qui nous écoute, qui nous regarde, qui nous observe, qui nous cherche, qui nous devine, qui nous fuit, que nous dérangeons, que nous fascinons, que nous intimidons.
L’art n’est pas une guerre.
Ce n’est pas un cadeau non plus.
C’est là, vous avez de la chance : nous sommes là.
Nous vous avertissons de notre présence, nous sommes des klaxons si vous voulez. Vous avez besoin de nous pour ne pas vous faire écraser. Par la vie, par la société. Par vous-même.
Vous comprenez ?
Nous vous avertissons : par le passé, nous faisions peur et l’on a cherché à nous détruire. Mais le monstre a dépassé son créateur et ils se sont détruits eux-mêmes. Ils ont mis des étiquettes, ils ont pointé du doigt, ils ont dénoncé.
Nous avons survécu.
Nous sommes un code barre, une étoile jaune, un tatouage sur l’avant-bras.
Nous portons cet astérisque comme un avertissement.
Nous sommes des artistes, nous grandissons sans avoir besoin de nous reproduire, génération spontanée.
Nous existons.
Nous e*istons. »

Laurent Herrou *

manifeste public averti* collectif Sancerre
12 septembre 2015 à Sancerre / Art Tour Martine

Photos Lili Cameau 

Extraits des extraits :
« Je suis une pute invisible, pourquoi, pour garder un pied dans cette société, cette bien-pensance dont je ne veux pas, ces bons sentiments imposés, la pire violence, la pire domination, celle qui vous dit ce qui est bien, ce qui est mal, quand avoir honte, quand être digne, la domination des sentiments, quand on passe au-dessus de ça, je pense qu’on passe au-dessus de tout, que le patriarcat n’existe plus. »
Nos corps seront témoins – E-fractions éditions 2015
« Il se lève et enlève son pull et son t-shirt noir. Il suit des doigts les cicatrices. C’est net et à peine rouge.
Je reste assise, la table n’est plus vraiment entre nous, mais je reste sur cette distance qui matérialise notre relation dans cette histoire.
En même temps l’intimité, la proximité et le partage de l’histoire.
Et cette table de cuisine entre nous. La pudeur de la table. »
Pauline Sauveur
Presqu’îl-e – en cours d’écriture et publié dans Square Magazine
« Qui aurait l’idée de se tirer en week-end amoureux en plein mois de novembre? Au mépris total du calendrier qui réserve ce genre d’activités pour la saison des oiseaux en fleurs et des arbres en rut? Qui aurait l’idée? Mon mari. »
Maelbeek, collection Tourisme et Polar – éditions Baleine 1998
« Maman a jamais aimé les artistes. Il paraît qu’elle a écrit un petit livre, il y a quelques années. C’était juste après que papa est parti. Le petit livre n’a pas marché du tout et après le divorce, ça commençait à faire beaucoup d’échecs. Du coup, maman a cherché puis trouvé un vrai travail, c’est-à-dire un travail qui rapporte des sous, et elle a fait ce qu’elle avait à faire. Elle dit souvent que dans la vie, si on veut s’en sortir, faut pas se débattre, que celui qui se débat finit par couler et que c’est pour ça qu’elle fait toujours ce qu’on attend d’elle et jamais rien qui va contre. Parfois elle essaye autre chose et comme ça marche pas, elle se remet dans le rang parce que ça, au moins, ça remplit le frigo. Ça doit être pour ça qu’elle déteste autant les artistes, parce qu’eux ont trouvé le moyen de pas couler. Enfin, je dis ça, mais je suis sûrement trop petit pour comprendre. Ça aussi maman me le dit souvent. »
Le Bunker, Jacques Flament Editeur, à paraître fin 2015
« Il coupe le contact, sort de la voiture et finalement, il en convient, la chaleur supportable, le bleu du ciel et cette mer si près, lui procurent une humeur moins maussade pour ne pas dire, une bonne humeur. Il n’est pas certain qu’il sache un jour en quoi consiste exactement une bonne humeur, et encore moins par quels ressorts celle-ci peut bien émerger chez ses semblables. Il a d’ailleurs fini par considérer qu’accéder à cet état relève d’une grâce dont il est structurellement privé, ou bien nécessite d’en passer par l’autosuggestion, grande consommatrice d’énergie et dont il n’est pas beaucoup mieux pourvu. »
sans titre, manuscrit en cours
« J’ai oublié Frédéric.
Je l’ai trahi une fois, je l’ai accusé, injustement ou non, je ne m’en souviens pas.
« C’est lui qui a commencé. »
Ensuite, j’ai oublié Frédéric. Sa trahison à lui, l’accusation de mon père. Et la vérité. »
Frédéric – revue Rue Saint Ambroise, 2005