pauline sauveur

questionner les liens entre corps et espace(s)

rencontres

– – – – – page en construction – – – – –

Action.

Actionner le corps, individuel, concret, notre outil premier, intime et universel.
Et par prolongement, questionner ce qui l’entoure, ce qui le raconte, ce qui l’accompagne : les lieux, l’objet, le texte, le mot.

Intervenir en tant qu’autrice, c’est venir pour une rencontre, pour que la rencontre ait lieu.
C’est proposer une lecture (chaque fois), des échanges, un atelier, parfois lors d’une résidence, d’un projet au long cours.

Prendre place, souvent en lien avec un territoire et proposer des outils, une approche, complétés de références. Pour travailler ensemble et interroger tout autant, pour fabriquer nos traces communes et conquérir une parcelle de liberté, effective.

outil

L’outil dans la main, objet à actionner, qui provoque, interroge et se manie.
Il peut être également un protocole, une façon d’appréhender un sujet, un territoire.
Les outils se combinent, se déclinent, s’adaptent (de la maternelle aux adultes) et se partagent.

workshop corps et espace

Questionner la relation entre le coprs et son espace. Mouvement, échelle de lecture, territoire, texture, narration, identité :  le corps-acteur-auteur.

Atelier en 4 modules : déambulation / échelle / confrontation / frictions.

la chaise

La chaise révèle l’attente, le corps et son mystère, ou l’absence du corps. L’objet anthropomorphe questionne la relation avec le paysage, le lieu et ses occupants.

Atelier sur mesure : rencontre ponctuelle ou renouvellée, intervention scolaire.

permutation poétique

Installer les objets du dedans dehors / faire entrer la nature dedans. Expérimenter la liberté et la créativité du geste d’installation, au plus près d’un territoire.

Atelier installation sur mesure : ponctuel ou renouvellé, intervention scolaire.

matérialiser l’écriture

Imprimer du texte, noir sur blanc, l’installer dans l’espace (naturel, urbain, scolaire) donner une autre place aux mots, aux histoires, aux voix. Partager. Donner à lire avec le coprs tout entier.

En prolongement d’un atelier d’écriture par exemple.

regarder mieux

Déambuler, découvrir un espace, le questionner, se demander, imaginer. Récolte sensible d’indices multiples. Matières, lumières, lignes, présences.

Atelier immersion dans un lieu, une portion de territoire, un bâtiment.

invitation à écrire

Inviter à écrire, en partant du connu, du quotidien, de ce qui nous entoure, pour approcher une part plus personnelle, réelle ou à imaginer.

Atelier d’écriture : déclencheurs multiples, approche détournée, invitation à.

bonbons mots

Mots matérialisés, pour  jouer et dépasser la peur de l’écriture, pour s’emparer autrement des mots.

Outil : sur mesure pour atelier d’écriture.

traces

“Restituer : rendre ce qui a été pris indûment. Rétablir, remettre en son premier état (…)”
C’est aussi rendre audible, visible, matérialiser le travail souterrain (ou pas) de la rencontre, de l’atelier. Une intervention donne bien souvent lieu à une restitution. Et après ce temps précieux, que reste-il ?

support papier avant

Carnet de démarrage, carte postale à transformer, à effacer, à coller, document déroutant, questions curieuses. Supports papiers pour récolter : images mentales, impressions, sensations,  débuts de fictions. En amont d’un atelier d’écriture.

support papier après

Les traces d’un projet débouchent parfois sur un travail éditorial mené en partenariat avec des graphistes. Pour offrir et garder une trace de la résidence, des rencontres, pour partager et témoigner de ce qui a eu lieu.

en ligne

Publications en ligne, sur un blog dédié, dans une revue littéraire en ligne, sur le site des partenaires de l’action. Suivre pas à pas le projet, les actions, les coulisses et la restitution.

thématiques

Exemples de projets et d’approches
suivant les relations aux espaces : corporel  /  intérieur  /  urbain  /  naturel.

corporel

Corps, genre, identité, espace, corps-territoire. Avec une idée de la liberté du devenir.

presqu’îl-e

Le sujet du changement de genre m’a beaucoup intéressé lorsque j’étais ado. Je n’en ai jamais parlé, à part à ma grand-mère, un été. Je n’en ai jamais parlé.
 Jusqu’à ce qu’il me fasse cette proposition.

corps en échos / Viva Da Vinci 2019

Comment approcher un lieu ? Et comment prendre y place, à travers la photographie et l’écriture ? Pour une réponse multiple, personnelle, fictionnelle, intime et singulière.

intérieur

Ici, c’est ma maison, vous entrez chez moi, dans ma maison. C’est chez nous ? C’est à vous ? Questionner les lieux, l’espace qui correspond à tel ou tel usage : lieu d’habitation, école, lieu de travail.
Habiter / habité.

habiter / habité

Il a laissé des objets, la frange de la masse immense des affaires matérielles, qu’on trimbale et qui s’accordent à nos gestes. Manger, dormir, aimer, grandir, vieillir et vivre chaque jour. Machine à l’arrêt, elle les laisse fondre sous la langue. Objets usés, ils s’amenuisent, se perdent et s’inutilisent.

bruissements intimes

Paroles silencieuses de la vie quotidienne, pensées secrètes, rêveries, désirs… Le linge des jours qui passent, empaqueté, contient les pensées que je prête à ceux qui les ont portés, lavés, usés, repassés, rapiécés. Les mots s’échappent des plis.

objets complices

urbain

Un terrain urbain, un paysage en ville.
Des circuits, des passages, flux et individus dans l’espace public.

métro de Helsinki, Finlande

Proposer aux voyageurs, le temps de leur trajet en métro, un autre regard sur l’espace du wagon, inviter, observer, imaginer. Renforcer la sensation du lieu, s’ancrer dans l’espace.

avec vous, quartier de Chaumont (52)

Etre dehors, ensemble, être assis dehors, poser avec ses deux petites soeurs, la grande qui est fière et belle et les jumelles qui arrivent.

l’espace du collège

naturel

Un territoire rural, un paysage de campagne. Un espace personnel, partiel, commun.
La part construite et la part sauvage, végétale, animale, qui est là.

parc naturel du Gâtinais

Comte de Choulot, paysagiste

Ce livre traite de la vie romanesque du comte de Choulot, ou Paul de Lavenne de son petit nom, (1794-1864) qui fut agent de liaison secret de la conteste de Berry, et qui changera de vie, à plus de 45 ans, pour devenir paysagiste et développer une pensée particulièrement moderne dans son traité L’art des jardins en 1846.

en chemin / trois collèges