Invitée sur The Kiosk of democracy

C’est un grand plaisir de savoir son travail regardé, interrogé,

ça l’est plus encore lorsqu’il est adopté, partagé et publié

sur une plateforme artistique aussi riche que The Kiosk of democracy, qui fourmille littéralement et quotidiennement de projets visuels créés par de multiples artistes de tous les pays !

Mes 5 séries ou vidéos publiées :

Visages parlent
« Ceux qui nous regardent (musée du Quai Branly, Paris). »

Chaise dans le paysage
« J’envoie un mail au propriétaire qui vend une vieille chaise bois et cuir sur un site. Ils sont à Étampes, lui et sa chaise. »

Chaise dans la carrière de grès
« L’attente résumée dans l’objet. La chaise. Symbolisée par. »

Le salon aux cerises
« La maison rumine, inlassable, un pot à crayon, une assiette ébréchée, la rallonge de la table, la soucoupe, un réveil sans boutons, deux torchons, un outil rouillé. »

Le petit déjeuner – the breakfast table
« Le corps, motif, objet ou fragment, est un habitant peut-être fragile, peut-être immobile. »

Et si vous voulez en prendre plein les yeux plein
il y a tout ce qu’il vous faut :

les dessins d’Alisher Kushakov : Portraits 4
le livre illustré de Natalia Savinova : The village of sweet bananas
les photographies de  Laétitia Gossart artiste public averti* qui a exposé notamment sa série Livraison lors de la lecture à Villequiers il y a peu et dont vous pouvez notamment découvrir Légèreté,
les dessins de Gold Soundz et sa série : 27 years, 50,000 beers drawings
la série Drowning blue d’Irène Cruz,
et aussi Raum und zeit de Dennis Halbeck
ou encore Monochromatic Namibia de Antti Viitala
et les singuliers dédoublés Xen de Rishi Raj

et tant d’autres !

Le petit déjeuner – revue TK21

« Le corps, motif, objet ou fragment, est un habitant peut-être fragile, peut-être immobile (comment en être certain). Le corps de l’autre est une question ouverte matérialisée dans l’image, sur nous-même, sur notre relation à l’espace et nos attachements au lieu.
(…)
La nudité a été une proposition, et la lenteur, le silence et la respiration sont entrés dans l’image en même temps.
L’interrogation se renouvelle à chaque image, à chaque étape, sur ma manière de le prendre en photo. Invité dans le cadre il permet de continuer l’étonnement, les incertitudes et l’appétit, tout en apportant une esquisse de réponse.
(…) »

extrait de ma présentation du Petit déjeuner,  série photographique avec Laurent Herrou, accueillie dans la rubrique Image de la très belle revue TK-21 en ligne.

 

 » Une image est une surface signifiante sur laquelle apparaissent des éléments, lignes, couleurs, formes diverses, qui entretiennent des relations ne relevant pas de la logique verbale et textuelle, mais d’une dimension « magique ». Fixe pendant des millénaires, l’image s’est animée avec l’invention du cinéma. Depuis l’invention de la vidéo et des appareils numériques elle ne peut plus être perçue comme analogique.
(…) »

Article de Martial Verdier
mis en ligne le 18 février 2018

images en ligne

ravie d’exposer en ligne
deux séries photo
tout ce mois d’octobre
les chaises les chaises et l’espace autour
le dehors qui entoure
les chaises qui sont
comme chacun sait
des fenêtres comme les autres

et la seconde série
qui sera bientôt en ligne (suspense !)

sur le site de Corridor Elephant, éditeur photo
qui vous invite à lire en ligne
à regarder sur papier

et qui vous invite même chez eux dans leur nouvelle maison, en escale à Barcelone, qui est autant un lieu de détente (pour vous si vous voulez louer une chambre !) qu’un lieu de travail (pour vous et pour les éditions).

J’y suis en belle compagnie : vous pourrez voir également le travail d’ Alexandra Breznay, Sebastien Pageot, Francesca Magnani, Sarah Lowie, Theo Figueroa, Jean-François Lepage, Luigi Francescon, Mark Tellok, Olivier Coulange, Christophe Vandon et de Gerard Teillay.

Bonne visite !

 

 

Le drôle de chat qui mord – parution

Il est sorti, ce 10 février 2017, aux éditions de la Souris qui raconte !

Le drôle de chat est une drôle d’histoire…
Au départ, je voulais écrire sur l’architecture, les maisons.
Puis c’est devenu tragique et grave (au début).
Et la maison, comme les habitants ont appris à traverser le temps, à doucement continuer.

Le livre est numérique.
Pas de papier, ni de carton pour la couverture, pas d’album dans les mains.

J’ai d’abord découvert les premiers croquis de Giovanna Gazzi.
Puis ses propositions de mise en page et en animation.
Et en janvier dernier j’ai ouvert un mail avec le chemin de fer, c’est à dire l’enchainement de toutes les pages, le corps du livre avec l’intégration du texte. Quelle émotion !

Il y a peu, j’ai regardé le livre complet. Car oui le numérique fait livre. La voix raconte, les images s’étendent sur deux pages, une avec le texte de la page et l’autre pour le dessin. La musique effleure les pages, donne le ton, les bruitages légers accompagnent la lecture. Les animations, si simples, pleines de poésie.

Je suis très heureuse de faire partie d’une tel ensemble !

« Le drôle de chat qui mord
Ou
Le tamanoir froissé
Le tigre du Berry aux dents acérées
Le coléoptère géant qui dort à moitié

Quelle est cette ombre triste et glacée ?
Installée dans la maison, dans la clairière, dans la forêt ?
À côté du champ d’orge et de blé ?
Il était une fois, il y a fort longtemps, une femme et un homme qui s’aimaient.
Ils trouvèrent un grand pré, une clairière et un morceau de forêt.
Ils étaient jeunes et beaux, jeunes et amoureux.
Donc, plein d’amour et de volonté, ils commencèrent à labourer le champ, couper du bois et construire une maison. Ainsi passait chaque jour. Et ainsi chaque soir passait.
A la nuit tombée, ils retournaient à la petite cabane qu’ils habitaient juste à l’orée des bois, en attendant que leur maison soit terminée. La saison passait et chaque histoire grandissait : l’orge et le blé dans le champ, l’enfant dans le ventre de sa mère et le toit sur la grande et belle et unique pièce de la maison en bois. Au début de l’automne ils s’installèrent, et commencèrent immédiatement la construction d’une petite chambre à l’arrière, tournée vers la forêt.
Au printemps ce fut la joie. Mais, l’enfant attendu, c’est un mystère, touché par une maladie sans nom, ne vécu que le temps d’une saison. Inconsolables et malheureux les amoureux fermèrent la petite chambre et condamnèrent la porte par une belle étoffe brodée.
(…) »

Auteure : Pauline Sauveur
Illustratrice : Giovanna Gazzi
Conteuse : Cécile Givernet
Animateur : Prakash Topsy
Développement : Pierre Canthelou
Editions : La souris qui raconte

Et pour en savoir un peu plus,
vous pouvez aller lire notre interview croisée sur le blog de la Souris,
extrait de l’interview :

(…)
LSQR :
Les illustrations de Giovanna Gazzi, d’une délicatesse infinie, respectent votre phrasé. Pas de pathos, mais au contraire une immense bienveillance sur ce sujet vivant qu’est la mort ! Vous le dites si bien ! Qu’avez-vous éprouvé à leur découverte, et si je vous demandais de choisir une seule image dans tout le livre, quelle serait-elle ?

PS :
Ce fut assez long je me souviens, pour trouver la personne qui prendrait en charge l’illustration. Mais j’étais confiante, car il me semble que l’idée de base dont on avait parlé ensemble, d’un dessin délicat et plein de poésie, était ce qu’il fallait pour ce texte. Aussi, j’ai beaucoup aimé ce que j’ai découvert du travail de Giovanna quand vous m’avez envoyé le lien.
Et dès les premier croquis j’ai adoré. C’était très beau de voir sa proposition, de voir le déroulé d’images prendre forme. Je me souviens aussi de l’instant où j’ai découvert le chemin de fer complet, c’était le 7 janvier 2016, il pleuvait, j’étais en déplacement, et j’ai ouvert le mail dans un café. J’étais sous le charme et heureuse. Je l’ai évoqué dans le journal de résidence que j’écrivais à ce moment là comme d’un moment lumineux. (c’est grâce au journal que je me souviens de la date !)

Pour choisir une seule image, quelle affaire ! J’aime toutes les petites bébêtes qui traversent l’écran, j’aime beaucoup l’arbre au fil des saisons, et la page avec le lièvre le tamanoir et le hérisson fâché !
Mais à choisir une seule page ce serait celle avec le petit bonhomme de bois sur le buffet. J’ai été étonnée et emballée par chaque détail, comme d’avoir 4 ans et de poser le nez sur le rebord du meuble pour regarder entre les bols, les vases, et les pots de fleurs. Mais heureusement le livre comporte plein de pages, on peut toutes les aimer !
(…)

Pour voir les 14 premières pages : un extrait gratuit du drôle de chat.

Les éditions fonctionnent sur un principe d’abonnement.
Vous trouverez toutes les infos sur leur site.

Bonne lecture !

« Deviens ce que tu es » en préparation

Choix des photos
ordre des images
choix des mots des phrases
choix de la place des mots
à quelle page
relire et relire
lire la préface en préparation par Christophe Dillinger
fondateur et rédacteur de Square Magazine*
s’en réjouir
voir la maquette électronique en pdf
scruter
relire encore
dire oui à un BAT (bon à tirer)
et s’en re-réjouir

Préparation du livre Deviens ce que tu es
à paraitre aux éditions Jacques Flament
collection Images et mots.

sortie prévue
avec le soleil et le printemps, en avril !

collection Images et Mots pauline sauveur auteure editions Jacques Flament deviens ce que tu es

 

pauline sauveur auteure préface Christophe Dillinger deviens ce que tu es Jacques Flament éditions

 

*Square mag, qui m’a accueillie en résidence numérique sur ce sujet
et à retrouver au fil du blog ici.

 

à propos de Chez elle

Merci à Jean-Paul Gavard-Perret pour son regard sur le livre l’écriture et ses mots sur l’objet du texte des textes.

Merci
pour son article sur le site le Littéraire
dont voici le début :

« Domaine de la lutte
Au fil du temps, et au lieu de dormir, Pauline Sauveur apprit à écrire dans le noir. « Une feuille / Sous le réveil » et un feutre « Le bic peut ne pas, lui, / et alors au matin /vague trace d’une pointe sans encre /illisible ».

Vient le temps ensuite de photographier cette feuille et le monde qui se lève. Chez elle, ou ailleurs «presqu’île, presqu’elle (…) j’habite chez elle et je dors dans le bureau ».
Pauline Sauveur ne demande pas beaucoup. Presque rien.
Juste une chose : qu’on lui « foute la paix ». Pas asociale pour autant. Elle a même vécu une existence qu’on appellera conjugale — choisir à ce point pour en parler le temps, le mode et l’usage. Elle a compris avec le temps que celui d’être est essentiel. Alors trouver sa place nécessite un certain espace ou recul. Regarder, éprouver l’espace, les bruits. Saisir avec lenteur le lieu puis le retenir dans ce qui est son contraire : la photo, « l’instant précipité ».

(…) »

auteure sauveur pauline éditions littérature mineure chez elle JP Gavard Perret article lelitteraire
à propos de Chez Elle, Littérature Mineure, Rouen, 2017 — 8,00 €.

Parution – Le drôle de chat qui mord

Il est sorti, ce 10 février 2017, aux éditions de la Souris qui raconte !
Le drôle de chat est une drôle d’histoire…

éditions la souris qui raconte Le drôle de chat qui mord sauveur pauline auteure Giovanna Gazzi illustratrice

Au départ, je voulais écrire sur l’architecture, les maisons.
Puis c’est devenu tragique et grave (au début).
Et la maison, comme les habitants ont appris à traverser le temps, à doucement continuer.

Le livre est numérique.
Pas de papier, ni de carton pour la couverture, pas d’album dans les mains.

Tout d’abord, j’ai découvert, les premiers croquis de Giovanna Gazzi.

éditions la souris qui raconte Le drôle de chat qui mord sauveur pauline auteure Giovanna Gazzi illustratrice

Puis ses propositions de mise en page et en animation.

éditions la souris qui raconte Le drôle de chat qui mord sauveur pauline auteure Giovanna Gazzi illustratrice

En janvier dernier j’ai ouvert un mail avec le chemin de fer, c’est à dire l’enchainement de toutes les pages, le corps du livre avec l’intégration du texte. Quelle émotion !

Et il y a peu, j’ai regardé le livre complet.
Car oui le numérique fait livre.
La voix raconte, les images s’étendent sur deux pages, une avec le texte de la page et l’autre pour le dessin. La musique effleure les pages, donne le ton, les bruitages légers accompagnent la lecture. Les animations, si simples, pleines de poésie.

Je suis très heureuse de faire partie d’une tel ensemble !

éditions la souris qui raconte Le drôle de chat qui mord sauveur pauline auteure Giovanna Gazzi illustratrice
« Le drôle de chat qui mord
Ou
Le tamanoir froissé
Le tigre du Berry aux dents acérées
Le coléoptère géant qui dort à moitié
Quelle est cette ombre triste et glacée ?
Installée dans la maison, dans la clairière, dans la forêt ?
À côté du champ d’orge et de blé ?
Il était une fois, il y a fort longtemps, une femme et un homme qui s’aimaient.
Ils trouvèrent un grand pré, une clairière et un morceau de forêt.
Ils étaient jeunes et beaux, jeunes et amoureux.
Donc, plein d’amour et de volonté, ils commencèrent à labourer le champ, couper du bois et construire une maison. Ainsi passait chaque jour. Et ainsi chaque soir passait.
A la nuit tombée, ils retournaient à la petite cabane qu’ils habitaient juste à l’orée des bois, en attendant que leur maison soit terminée. La saison passait et chaque histoire grandissait : l’orge et le blé dans le champ, l’enfant dans le ventre de sa mère et le toit sur la grande et belle et unique pièce de la maison en bois. Au début de l’automne ils s’installèrent, et commencèrent immédiatement la construction d’une petite chambre à l’arrière, tournée vers la forêt.
Au printemps ce fut la joie. Mais, l’enfant attendu, c’est un mystère, touché par une maladie sans nom, ne vécu que le temps d’une saison. Inconsolables et malheureux les amoureux fermèrent la petite chambre et condamnèrent la porte par une belle étoffe brodée.
(…) »
Autrice : Pauline Sauveur
Illustratrice : Giovanna Gazzi
Conteuse : Cécile Givernet
Animateur : Prakash Topsy
Développement : Pierre Canthelou
Editions : La souris qui raconte

 

Et pour en savoir un peu plus,
Finlande Helsinki le Drôle de chat qui mord écriture photographie Sauveur pauline auteure
extrait de l’interview :
(…)
LSQR :
Les illustrations de Giovanna Gazzi, d’une délicatesse infinie, respectent votre phrasé. Pas de pathos, mais au contraire une immense bienveillance sur ce sujet vivant qu’est la mort ! Vous le dites si bien ! Qu’avez-vous éprouvé à leur découverte, et si je vous demandais de choisir une seule image dans tout le livre, quelle serait-elle ?
PS :
Ce fut assez long je me souviens, pour trouver la personne qui prendrait en charge l’illustration. Mais j’étais confiante, car il me semble que l’idée de base dont on avait parlé ensemble, d’un dessin délicat et plein de poésie, était ce qu’il fallait pour ce texte. Aussi, j’ai beaucoup aimé ce que j’ai découvert du travail de Giovanna quand vous m’avez envoyé le lien.
Et dès les premier croquis j’ai adoré. C’était très beau de voir sa proposition, de voir le déroulé d’images prendre forme. Je me souviens aussi de l’instant où j’ai découvert le chemin de fer complet, c’était le 7 janvier 2016, il pleuvait, j’étais en déplacement, et j’ai ouvert le mail dans un café. J’étais sous le charme et heureuse. Je l’ai évoqué dans le journal de résidence que j’écrivais à ce moment là comme d’un moment lumineux. (c’est grâce au journal que je me souviens de la date !)
Pour choisir une seule image, quelle affaire ! J’aime toutes les petites bébêtes qui traversent l’écran, j’aime beaucoup l’arbre au fil des saisons, et la page avec le lièvre le tamanoir et le hérisson fâché !
Mais à choisir une seule page ce serait celle avec le petit bonhomme de bois sur le buffet. J’ai été étonnée et emballée par chaque détail, comme d’avoir 4 ans et de poser le nez sur le rebord du meuble pour regarder entre les bols, les vases, et les pots de fleurs. Mais heureusement le livre comporte plein de pages, on peut toutes les aimer !
(…)
éditions la souris qui raconte Le drôle de chat qui mord sauveur pauline auteure Giovanna Gazzi illustratrice
éditions la souris qui raconte Le drôle de chat qui mord sauveur pauline auteure Giovanna Gazzi illustratrice
Pour voir les 14 premières pages : un extrait gratuit du drôle de chat.

Les éditions fonctionnent sur un principe d’abonnement.
Vous trouverez toutes les infos sur leur site.

Bonne lecture !