rencontre lecture atelier livre d’artiste

C’est bientôt !
C’est même tout bientôt et je m’en réjouis.
C’est mercredi jeudi et vendredi prochains.

Les 30 et 31 août et le 1er septembre 2017
de 10h00 à 12h00.

rencontre-lecture-atelier-écriture-livre-d’artiste
à la médiathèque de Fourchambault (58)
dans le cadre de « Patrimoines Ecrits en Bourgognes Franche-Comté »

Je partage l’invitation de la médiathèque :

« La médiathèque vous propose de participer à des « rencontres lectures-ateliers » sur trois jours, du 30 août au 1er septembre 2017, de 10h00 à 12h00.
Celles-ci seront animées par l’auteure photographe architecte : Pauline Sauveur et permettront à chacun de créer son propre livre d’artiste (n’hésitez pas à apporter des photos ou des images à mettre à l’intérieur).
Ateliers gratuits pour enfants à partir de 8 ans, adolescents et adultes.

La jauge étant limitée à 10 personnes maximum, nous vous invitons à réserver vos places en vous inscrivant, dès que possible, à la médiathèque de Fourchambault au 03 86 60 87 89.

Au plaisir de vous accueillir. »

La médiathèque se trouve Avenue Jean Jaurès
à Fourchambault (58600)

Attention !
Pour ceux qui devraient traverser la Loire : le pont de Fourchambault, justement, est fermé, il faut passer par le Guetin ou par la Charité-sur-Loire…

Sur place, vous pourrez voir une riche présentation de livres d’artistes, livres pop up et autres et de livres objets.

Dont les miens :
Désir nu et 3 nouvelles (de) maison / éditions Poïein
Le salon aux cerises et On attend / éditions les mille univers,
en version livre d’artiste, brodés et complétés de textes et de photos,
Chez elle / éditions Littérature Mineure
et les livres uniques :
Lumières, Pierres habitées, Journal de printemps livre-paysage

L’exposition dure jusqu’au 17 septembre !

Et merci à Aurélie Laroche pour la mise en place et les photos de mes livres d’artiste en présentation à la médiathèque : )

Des mots dehors – retour sur un « Léz’arts ô collège »

Land-art-écrit au collège de St Germain. Un beau projet autour de l’écriture et de l’espace, de l’expérimentation de l’espace du collège, de la mise en espace de l’écriture…

Commencer par lire à chaque fois, partager une histoire. Puis multiplier les approches : déambuler, dedans, dehors, écrire, noter vite, découvrir les lieux fermés aux élèves, écrire et se coltiner les contraintes, encore et chaque fois. Lire et se lire, dire.

Découvrir comment Séverine Delbosq, de la compagnie de danse l’Essoreuse, propose de suivre les mots sur les lèvres d’un autre, de suivre les lignes invisibles et les mouvements du hall au couloir, de l’escalier à la salle, de créer un refrain de mouvements, et se prendre au jeu.

Mettre en forme les textes, tous leurs textes, et la salle informatique se transforme en ruche rédactionnelle, ce qui discutent et ceux qui saisissent sur les claviers, trois heures intenses !

Passage dans le couloir secret.
Bien au chaud à l’intérieur.
Un élève qui s’endort

La cantine est la pièce la plus belle
à 8h39 dans les escaliers
et vous vos stylos bleu sont en mutation comme moi ?
Car moi je les mâchouille.

Passage obscur du froid.
Traces de fatigue sur nos visages, des pas, à l’usure du
temps.

Je suis seul, le collège entier est tombé malade. Les
profs, les élèves, les administrateurs, tout le monde.

Un colibri mort et abandonné c’est comme une chaussette.
Ciel blanc, gris,
au bord du grillage de l’herbe
traces humaines, maisons, clôtures, nature.

Regardant le ciel, respirant un air si pur et sauvage.
Là-bas, il y a mes sept copines.
Là-bas, la chaleur du radiateur nous apaise et la vue
de la fenêtre nous rend nostalgiques.

Demain, je ferai un travail d’écriture sans savoir quoi
mettre.

Rendre les mots imperméables et malléables, accrochables, agrafables, visssables et visibles, lisibles dans tout l’espace extérieur du collège.

 

Merci à tous les élèves, pour leur curiosité et leur implication, c’était une belle conclusion de les voir courir installer leurs textes décider où, comment, faire leurs choix, mettre en oeuvre, occuper la place !
Merci à l’équipe pédagogique et administrative, et aux différents partenaires (Conseil départemental et DRAC du Cher).

Le drôle de chat qui mord – parution

Il est sorti, ce 10 février 2017, aux éditions de la Souris qui raconte !

Le drôle de chat est une drôle d’histoire…
Au départ, je voulais écrire sur l’architecture, les maisons.
Puis c’est devenu tragique et grave (au début).
Et la maison, comme les habitants ont appris à traverser le temps, à doucement continuer.

Le livre est numérique.
Pas de papier, ni de carton pour la couverture, pas d’album dans les mains.

J’ai d’abord découvert les premiers croquis de Giovanna Gazzi.
Puis ses propositions de mise en page et en animation.
Et en janvier dernier j’ai ouvert un mail avec le chemin de fer, c’est à dire l’enchainement de toutes les pages, le corps du livre avec l’intégration du texte. Quelle émotion !

Il y a peu, j’ai regardé le livre complet. Car oui le numérique fait livre. La voix raconte, les images s’étendent sur deux pages, une avec le texte de la page et l’autre pour le dessin. La musique effleure les pages, donne le ton, les bruitages légers accompagnent la lecture. Les animations, si simples, pleines de poésie.

Je suis très heureuse de faire partie d’une tel ensemble !

« Le drôle de chat qui mord
Ou
Le tamanoir froissé
Le tigre du Berry aux dents acérées
Le coléoptère géant qui dort à moitié

Quelle est cette ombre triste et glacée ?
Installée dans la maison, dans la clairière, dans la forêt ?
À côté du champ d’orge et de blé ?
Il était une fois, il y a fort longtemps, une femme et un homme qui s’aimaient.
Ils trouvèrent un grand pré, une clairière et un morceau de forêt.
Ils étaient jeunes et beaux, jeunes et amoureux.
Donc, plein d’amour et de volonté, ils commencèrent à labourer le champ, couper du bois et construire une maison. Ainsi passait chaque jour. Et ainsi chaque soir passait.
A la nuit tombée, ils retournaient à la petite cabane qu’ils habitaient juste à l’orée des bois, en attendant que leur maison soit terminée. La saison passait et chaque histoire grandissait : l’orge et le blé dans le champ, l’enfant dans le ventre de sa mère et le toit sur la grande et belle et unique pièce de la maison en bois. Au début de l’automne ils s’installèrent, et commencèrent immédiatement la construction d’une petite chambre à l’arrière, tournée vers la forêt.
Au printemps ce fut la joie. Mais, l’enfant attendu, c’est un mystère, touché par une maladie sans nom, ne vécu que le temps d’une saison. Inconsolables et malheureux les amoureux fermèrent la petite chambre et condamnèrent la porte par une belle étoffe brodée.
(…) »

Auteure : Pauline Sauveur
Illustratrice : Giovanna Gazzi
Conteuse : Cécile Givernet
Animateur : Prakash Topsy
Développement : Pierre Canthelou
Editions : La souris qui raconte

Et pour en savoir un peu plus,
vous pouvez aller lire notre interview croisée sur le blog de la Souris,
extrait de l’interview :

(…)
LSQR :
Les illustrations de Giovanna Gazzi, d’une délicatesse infinie, respectent votre phrasé. Pas de pathos, mais au contraire une immense bienveillance sur ce sujet vivant qu’est la mort ! Vous le dites si bien ! Qu’avez-vous éprouvé à leur découverte, et si je vous demandais de choisir une seule image dans tout le livre, quelle serait-elle ?

PS :
Ce fut assez long je me souviens, pour trouver la personne qui prendrait en charge l’illustration. Mais j’étais confiante, car il me semble que l’idée de base dont on avait parlé ensemble, d’un dessin délicat et plein de poésie, était ce qu’il fallait pour ce texte. Aussi, j’ai beaucoup aimé ce que j’ai découvert du travail de Giovanna quand vous m’avez envoyé le lien.
Et dès les premier croquis j’ai adoré. C’était très beau de voir sa proposition, de voir le déroulé d’images prendre forme. Je me souviens aussi de l’instant où j’ai découvert le chemin de fer complet, c’était le 7 janvier 2016, il pleuvait, j’étais en déplacement, et j’ai ouvert le mail dans un café. J’étais sous le charme et heureuse. Je l’ai évoqué dans le journal de résidence que j’écrivais à ce moment là comme d’un moment lumineux. (c’est grâce au journal que je me souviens de la date !)

Pour choisir une seule image, quelle affaire ! J’aime toutes les petites bébêtes qui traversent l’écran, j’aime beaucoup l’arbre au fil des saisons, et la page avec le lièvre le tamanoir et le hérisson fâché !
Mais à choisir une seule page ce serait celle avec le petit bonhomme de bois sur le buffet. J’ai été étonnée et emballée par chaque détail, comme d’avoir 4 ans et de poser le nez sur le rebord du meuble pour regarder entre les bols, les vases, et les pots de fleurs. Mais heureusement le livre comporte plein de pages, on peut toutes les aimer !
(…)

Pour voir les 14 premières pages : un extrait gratuit du drôle de chat.

Les éditions fonctionnent sur un principe d’abonnement.
Vous trouverez toutes les infos sur leur site.

Bonne lecture !

Lecture en maison d’arrêt et Permutations école jardin – Chaumont #7

Pour l’après midi doucement l’émotion particulière se déploie le lieu oui mais plus intimement le texte rendez-vous à la maison d’arrêt rencontre lecture à nouveau cette étrange sensation d’une surveillance et d’une gestion réglementaire qui serait pourtant familiales de l’entrée et des passages par les portes verrouillées dévérouillées, revérouillées. L’émotion qui est du trac et autre chose aussi parce que le texte que je viens lire est presque premier avoir choisi de lire ce qui n’a jamais été lu parce que des volontaires se sont inscrit décidée à venir avec ce qui aura une incidence donner quelque chose de réel enjeu en je en jeu l’histoire d’une naissance à travers un drôle de rêve parfois mauvais souvent même.
Ils sont quatre hommes nous sommes trois femmes et je sens que ma voix déraille en commençant à dire avant de lire et trouver le ton que ce texte fait dans ma tête.
Le voyage le trajet j’espère que je vous ai embarqué loin dira l’un ah oui dira un second trop loin même dira l’autre et on en rit parce que c’était une sorte  e constatation de voyage à revenir à cette table pour moi et à plus que ça pour eux chacun et celui qui n’a pas parlé tout de suite.
Les photos du brise-glace qui est dans le texte plein la table les livres et Désir nu livre culotte que chacun regarde solitaire pendant qu’ensemble avec les autres on discute.
La trace de plâtre sur fissures de la porte voûtée plein cintre de pierres emmurée blindée de métal maintenant. Les barreaux s’oublient puisqu’on les voit peu dans la salle mais les lames effilées du barbelé me frappent à chaque fois au dessus de nos têtes au moment de sortir par la dernière porte du mur d’enceinte.
Le lendemain matin un appel de l’institutrice on maintient je dis je vous suis de toute façon puis effectivement découvrir l’étendue de la pluie qui persiste et se renforce une moitié des élèves sera à l’abri accueillie dans l’école proche et les autres nous attendent déjà ça crie du haut du jardin on est à nouveau ravis de se trouver là vaguement abrités par les auvents des cabanes à outils. Chacun a ses affaires extraites de l’école pour être installées ici lieu au choix et je me précipite avec l’appareil dès que l’une ou l’un a terminé et appelle il pleut sans discontinuer manteau ouvert j’y protège dès que je peux mon appareil qui prend l’eau sans râler.
Il fait froid et je tape des pieds.
La maman qui accompagne sourit la maîtresse rigole moi aussi les élèves aussi sauf ceux qui sont sérieusement concentrés. Je suis admirative de leurs installations ils ont exactement compris cette chose que c’est de poser un élément dans un lieu et d’organiser en dialogue.
Le geste la liberté la projection et le principe de réalité avec ce qu’on a dans les mains et l’immense envergure de ce qu’il est possible d’imaginer, je crois que j’y projette le corps et notre condition même, humaine. La respiration que c’est de poser, ça, là, exactement, sans que personne n’ait rien à y redire, mais tout à y voir. Courir sous la pluie tous ensemble rend le moment intense et vivant on ne peut pas être qu’à moitié sous la pluie on est tous bien là.
Une vingtaine de Bic sur le banc en pierre et leur répartition aléatoire mais en tension à équidistance les uns des autres, la petite diagonale des surligneurs au centre de la hutte, sourire de la boîte qui se prend pour un nid dans les branches, s’étonner de l’assemblage entre les deux noisetiers, de l’empilement de manuels scolaires qui prennent l’eau déjà, prendre en photo les mains vos mains voilà de chaque côté de ce qu’ils ont installé sur les plateaux extérieurs des abris à outils.
sauveur pauline permutations école Chaumont résidence d'auteure
Tout le groupe repart et nous attendons les grands. Leurs installations diffèrent très attachés à ce qu’ils ont mis au point au préalable le matériel sert à plusieurs il faut attendre que chacun ait fini et que la photo soit prise. Les objets se conjuguent différemment les empilements s’équilibrent et signifient on est proche de la sculpture parfois tour immeuble personnage bombe de dessin animé.
sauveur pauline permutations école Chaumont résidence d'auteure

Quelle chance ils ont ces gamins d’avoir leurs deux maîtresses aussi engagées à les seconder les tirer les pousser leur apprendre leur montrer les accompagner entières qui les regardent aussi qui ouvrent leurs yeux sur chacun et qui découvrent et accueillent aussi elles acceptent d’être étonnées d’en apprendre. Quelle chance. Cette complicité qui n’est jamais donnée d’avance et là le plaisir qu’on a partagé.

Permutations – Chaumont #6

Arrivée à Chaumont
Un peu de temps et un café
Contente d’être la
On part pour la Rochotte
C’est atelier panier pour œufs de Pâques, atelier photo prévu mais reste à dire expliquer et embarquer des participants. Elles sont d’accord les trois mamans et les filles, ils sont d’accord les fils et chacun prend une chaise. Portraits dans le quartier, du quartier des habitants souriants et des chaises en ligne on s’installe et l’idée que c’est curieux tout de même que c’est pas commun juste ça les chaises dans le bout de jardin où il y a déjà des primevères. C’est étrange de poser et d’ailleurs je ne leur demande rien mais on discute et on rit les enfants sont fiers de leur réalisation les mamans acceptent de s’asseoir avec les enfants sur les genoux.
Deuxième installation entre les piliers de la coursive du rez-de-chaussée il faut se tasser un peu pour tous s’y asseoir puis enfin sous les arbres plus loin ça fait une colline alors je grimpe dans une jardinière
aux fleurs absentes pour être à la même hauteur, chaises dispersées, on se
demande ce que vous attendez je dis.
sauveur pauline la Rochotte habitants Chaumont résidence d'auteure permutations
Retour à la maison de quartier les autres paniers avancent de nouveaux arrivants une femme et son mari monsieur très élégant, lui veut bien
et une maman me dit non non non je ne suis pas bien sur les photos vraiment je réponds qu’il ne s’agit pas d’un portrait classique plutôt une vue dans le quartier et des habitants après trois refus à mon quatrième essai avec les photos de la séance d’avant avec le mur de micro ondes elle s’étonne sourit et accepte d’autant que son fils veut participer et que sa fille plus jeune veut suivre son frère. Tous les quatre s’installent avec les chaises et le presque soleil qui dessine les branches sur le mur de l’immeuble où vivent les chats dans la cave. Les rires sont magnifiques et le plaisir d’essayer ensemble sans autre enjeu que celui d’être là eux qui s’assoient  moi avec l’appareil et absolument rien de grave on réfléchit ensemble les idées de chacun à voix haute le monsieur indique le cerisier en fleur là-bas et je pense à l’élégance de la femme qui se tourne vers ses enfants et qui dira à la fin quand on porte les chaises vers le retour qu’en fait c’était bien.
sauveur pauline la Rochotte habitants Chaumont résidence d'auteure permutations
Jeudi matin tôt debout pour aller à l’école permutations le jardin dans l’école aujourd’hui on est en avance et décidément les sourires en arrivant de bus on est mutuellement contents de se revoir j’ai le temps d’un café parce qu’il y a une sorte de petite récré avant que la matinée ne commence ils ont chacun préparé un extrait de jardin la maîtresse en famille est retournée au parc Agathe Roullot le week-end pour pouvoir alimenter encore ses élèves de branches du lierre du houx de l’if et des graviers. Commencent les installations elles ont été réfléchies et testées et améliorées ils se sont emparés de l’idée pour que ça soit un paysage un dessin un collage un zoo là c’est l’eau des requins et là les girafes certains ont choisi dans les étagères d’autres au pied de la table sur une écorce une pierre c’est un visage oui c’est toi elle éclate de rire à l’idée qui lui plait. Je demande elle trouve ils tiennent on essaye ensemble un réflecteur grande feuille de papier blanc pour lumière de dehors parfois nécessaire ah oui ça éclaire les reflets sur les feuilles je râle un peu contre la balance des blancs c’est nuageux ou fluorescent mais pas les deux alors que si justement.
sauveur pauline permutations école Chaumont résidence d'auteure
sauveur pauline permutations école Chaumont résidence d'auteure
L’autre partie de la matinée c’est le calme et la confiance et la voix enjouée de la maîtresse qui me dit l’école désertée tous les petits partis de sortie alors l’envolée des grands au top départ c’est la course permutations dans la salle info dans le couloir devant la porte vitrée de la cour au pied du copieur sous le bureau de l’atelier dans la classe oui parce que c’est tranquille et je grimpe sur la chaise puis le bureau pour prendre de là haut l’image puis la salle de sport les tables le hall la symétrie du carrelage dans l’axe de l’entrée l’axe de la feuille l’axe de l’installation je redis la force du cerveau qui réfléchit et qui dit aux bras de faire faire aux mains la symétrie des éléments qui se posent, à l’image de la première symétrie que l’on voit le visage les visages qui se sont penchés sur nous.
Je me suis étonnée en même temps de la brusquerie qu’ils ont entre eux et de l’énervement joué qui devient vrai les bousculades qu’ils ont pour s’agacer beaucoup c’est présent autant que cette envie de faire et l’enthousiasme de participer et de le crier fort pour le dire plus
Discussion des adultes avant de repartir sur les prévisions du lendemain pluvieux le bus est réservé cet accord ensemble que c’est pas si grave la pluie qu’il reste une chance que ça ne soit pas un déluge et qu’on maintient on saura faire dans tout les cas.

Habitants souriants – Chaumont #4

Rencontre à la maison de quartier de la Rochotte
Quelles personnes sont là,
mais aucunes ne compte rester pour l’atelier annoncé :
« photos intérieur/ extérieur » semble faire peur.

Alors, avant qu’ils ne partent tous,
je tente plus simple.
J’allais écrire le tout pour le tout.
Mais non pas d’enjeu vital, pas de bataille.
Mais oui, plonger, sauter sans filet.
Même s’il n’y a que le risque du refus, poli qui plus est.

Je propose que chaque personne pose avec un objet.

Profiter du pan de mur rouge
du vert pomme du canapé pour enfant
du blanc alvéolé du radiateur
du sourire de chaque personne
de leur regard amusé
et de leur attente un peu sur la réserve.

Finalement plein d’images.
Les mains, les objets, les clés, les tasses, les gens, les sourires, la lumière.

C’est assez simple et joyeux.
L’enthousiasme est communicatif.
Je compte sur mon sourire pour faire sourire,
comme nous a raconté Rinko Kawauchi avec ses modèles.

La dame qui gère la maison
la jeune femme avec elle
la petite fille qui a fait des bonhommes de neiges en chaussettes
le monsieur qui vient avec son appareil photo
le stagiaire qui est aussi pigiste au journal local
la dame qui a travaillé avec des réfugiés  » j’en ai eu plein, de partout hein, alors le globe, c’est quand même lié à mon travail, là, même si je ne suis jamais allée nulle part »
madame le maire
la dame avec un T-shirt de toutes les couleurs
La dame du service d’urbanisme
Céline des Silos
la belle vielle dame qui était venue aussi aux lectures,
qui me fait penser à mes grands mères,
le papa de la petite fille qui sourit, qui veut bien poser avec sa fille, qui repart chercher la chaise qu’il a fabriqué lors de l’atelier palettes, sa fille assise et sérieuse, qui veut bien se lettre debout sur la chaise de son père, et lui qui lui dit de jouer les stars, puis il rajoute » tout le monde ! Tout le monde ! »

Et voilà.
12 personnes, et de quoi convaincre les prochains, j’espère, avec les photos 🙂
Et toujours cette envie de réaliser « les Permutations »
Les photos dedans dehors.

Avant cette séance
on avait rencontré les deux responsables de l’Eco point, qui recycle les monstres.
Vu le nombre de garages vides dans le quartier, quelques uns sont utilisé pour accueillir les monstres.
Chacun peut laisser devant l’Eco point ce qu’il ne veut plus, et le technicien qui travaille dans le quartier, en passant ouvre le portail et range (extrêmement bien) l’objet avant qu’il ne soit recyclé.

Et un canapé vous auriez ça?
Oh oui, pas de problème, il y en a plusieurs même.
Et au moment de partir l’une d’elles me propose : et une lampe de salon, un petit meuble ça vous dirait pour votre installation?
Ah oui 🙂

Affaire à suivre
en janvier
Qui sait
Peut-être sous la neige ?