Habitants participants – Chaumont #5

Attention c’est chaud, ça brule !
Les enfants, vous venez ? Aller, on partage.
Une part. Vous faites passer.
Les enfants en ont tous eu ?
Maman y a pas la fève ! (une toute petite voix).
Attend je t’explique, là, tu poses la pâte, puis tu poses la fève et puis tu mets le truc.
Et toi, tu restes un peu ?
Heureusement qu’on a cette salle, hein ?
J’avais pris mon lapin, mais je l’ai rentré, il a peur sinon. Mais j’en ai un autre.

résidence auteure sauveur pauline Chaumont la Rochotte permutations atelier photo

En janvier.
On est passé à l’Eco-point.
Qui est une invention simple et judicieuse et pas couteuse, de l’office d’HLM du quartier : pour lutter contre le lâcher de monstres sauvages, choisir un garage inutilisé. Lui coller une belle et immense pancarte. A partir de là, il suffit de lâcher le monstre devant la porte basculante. A n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. La télé foutue, le frigo qui chauffe, le canapé élimé, la chaise abimée, la table à trois pattes. Le technicien-gardien, passe, voit l’objet à jeter et le range très méticuleusement dans cet ancien garage, en vu de son recyclage.

On m’a dit : ça te tente l’Eco point ?
Tu fais ce que tu veux avec tout ce qu’il y a dedans.
Ah oui !

résidence auteure sauveur pauline Chaumont la Rochotte permutations atelier photo
résidence auteure sauveur pauline Chaumont la Rochotte permutations atelier photo

Donc à l’Eco point.
Puis la maison de quartier où la séance galette des rois se prépare.
C’est une bonne idée, les participants sont nombreux.
Puisque les galettes sont au four, presque tout le monde se laisse convaincre, ceux venus avec un objet comme ceux venu pour le goûter.

Le mur de micro-ondes,
un fauteuil
des sourires encore
des rires
de la timidité devant l’appareil
de leur part de l’amusement bienveillant
devant mes idées curieuses
du sérieux et de la lumière dans les yeux
avec un objet ou pas dans les mains.

résidence auteure sauveur pauline Chaumont la Rochotte permutations atelier photo
résidence auteure sauveur pauline Chaumont la Rochotte permutations atelier photo

Etre dehors,
assis dehors
poser, avec deux petites soeurs
la grande est fière et belles et les jumelles suivent

résidence auteure sauveur pauline Chaumont la Rochotte permutations atelier photo

Je me sens reconnaissante
chaque fois
pour ces moments, ce temps
qu’ils acceptent de partager
leur attention
qu’ils accordent à ce projet
ces photos

résidence auteure sauveur pauline Chaumont la Rochotte permutations atelier photo
auteure sauveur pauline Chaumont la Rochotte permutations atelier photo

Et puis
Rentrer le fauteuil
rentrer les micro-ondes
rentrer au chaud
manger de la galette fumante

résidence auteure sauveur pauline Chaumont la Rochotte permutations atelier photo
merci à vous 🙂
et merci à l’équipe des Silos, maison du livre et de l’affiche
Et maintenant, préparer l’expo de juin…

Témoignages des descendants de carriers – Résidence Essonne #3

Je suis née le 24 décembre 1934 à Arbonne la Forêt. Mes parents étaient originaires de Slovaquie. Ils sont arrivés en France en 1929.

A Arbonne, il y avait essentiellement des agriculteurs. Les gens avaient des fermes et il n’y avait pas d’ouvriers carrier. La main-d’œuvre était essentiellement Slovaque, Portugaise et Italienne.

Alors moi le jeudi j’amenais le repas de mon père en vélo. J’aimais bien aller en  forêt. Il travaillait vers Noisy sur école vers la forêt des trois pignons. Il fallait s’enfoncer dans le bois où il y beaucoup de châtaigniers. J’allais le regarder travailler et je lui apportait son repas. J’aimais beaucoup le voir.

Pour travailler, les patrons de carriers devaient avoir des concessions. Pour cela, ils allaient au bureau de tabac pour acheter un timbre. Les deux partis signaient le timbre en mentionnant la date. Les concessions étaient données pour 3, 6 ou 9 ans.

Puis ensuite, les carriers rendaient le terrain au propriétaire. Les carriers signaient un bail sous seing privé, c’est-à-dire qu’ils ne passaient pas devant le notaire.

Les carriers mettaient les pavés dans des tombereaux tirés par les chevaux. Ils mettaient un cheval à l’arrière pour freiner les tombereaux. Les charrettes étaient équipées avec des barres de chêne fixées en travers pour éviter que les bordures ne glissent.
La taille était un art. Il fallait être puissant et précis ; le coup devait toujours tomber au même endroit, comme les bûcherons. Il y avait une justesse de l’arrivée du coup.

Mon grand-père était un activiste socialiste. Quand il est venu en France il y avait Jaurès, le « phare ». Et l’abattoir était un lieu très intense d’activistes socialistes, en lutte contre les propriétaires terriens, c’était sévère. Politiquement, les carriers étaient très engagés à gauche.

Ils ne votaient pas mais en parlaient beaucoup et arboraient le drapeau rouge. Les carriers étaient également très anticléricaux et ils ont fait bien des misères aux curés. Cela s’est atténué avec l’arrivée des Portugais qui étaient très religieux.

Quand j’étais plus jeune, souvent, mon père ne travaillait pas le jeudi pour rester avec moi et m’empêcher ainsi de monter à la carrière. S’il travaillait, je montais l’après-midi vers 4h avec un petit casse-croûte.

Comme il ne voulait pas que je devienne carrier plus tard, il m’éloignait souvent du chantier, me demandait d’aller voir Lino et Bielle, savoir si ils avaient de la bonne pierre, où ils en étaient. Comme cela, il m’éloignait du chantier pendant 2h et le temps que je revienne, il était l’heure de rentrer.
C’était quand même un travail difficile. J’ai vu plusieurs fois mon père s’évanouir parce qu’il avait tapé avec une masse pendant des journées entières. Quand on tape pendant toute une journée avec une masse, le cœur est fragilisé. Mon père pouvait s’évanouir le soir tellement il était fatigué. C’est arrivé aussi sur la carrière.

Dans la région, j’ai vu les carriers travailler avec simplement un marteau, une masse et un pointeau. Ils ne mettaient pour ainsi dire pas de lunette. Combien de fois mon père a été obligé d’aller chez l’opticien quand il y en avait un dans le coin ou sinon chez le docteur, pour faire retirer des éclats de fer dans les yeux. Il en avait dans les bras parfois.

Les carriers fendaient directement la pierre avec des outils en acier. C’est pour cette raison qu’il y avait trois forgerons à Boutigny. A la forge, quand le métal était chauffé, il passait par toutes les couleurs. Puis, à un moment précis, il fallait le tremper dans l’eau. Certains forgerons trempaient le métal dans de l’huile de récupération.

(…) Extraits de témoignages de descendants de carriers. 

Témoignages récoltés par le Parc Naturel Régional du Gâtinais.

Résidence d’auteure en cours
avec la bibliothèque départementale de L’Essonne
et le Parc Naturel Régional du Gâtinais.

Journal de la résidence à lire sur la page dédiée à la résidence sur le site de la revue littéraire remue.net