pauline sauveur

questionner les liens entre corps et espace(s)

année 1

Public Averti a fêté ses cinq ans en 2020, en accord avec l’épidémie qui l’annulait. C’est-à-dire qu’il ne s’y est pas passé, artistiquement, grand chose. Pas par manque d’envie, non. Plutôt à cause d’un trop plein d’informations sur les médias et les réseaux sociaux qui venait s’opposer à l’impossibilité de contacts réels entre nous, artistes, spectateur.rice.s, visiteur.se.s, lecteur.rice.s, etc.

Pauline et moi avons résumé à la fois cette lacune et cette indigestion dans une série que nous avons intitulée Nocturne, et que vous pourrez retrouver sur le site de remue.net

Il y était question de changer notre manière de voir les choses, puisque le nouveau monde annoncé au printemps n’existerait jamais.

Il n’empêche que l’année s’est terminée différemment des précédentes années, et que l’actuelle s’ouvre, elle aussi, différemment. Nous en avons conscience, parfois intuitivement, parfois subtilement, et dans notre cas de manière suffisamment affirmée pour avoir envie d’en modifier la nomenclature.

202.1, c’est une année « 1 » en quelque sorte, comme 2020 a représenté, nous l’avons écrit, une année « 0 » pour * Public Averti.

202.1, c’est aussi la promesse d’un renouveau.

Nous y perdons l’astérisque qui nous accompagnait jusque là, une légèreté un peu abstraite qui n’est plus de mise à l’aube de cette nouvelle ère.
Ce que nous y gagnons, c’est un nouvel horizon que, nous l’espérons, vous accepterez d’envisager avec nous.”

À très bientôt,

Pauline Sauveur . Laurent Herrou . janvier 202.1