pauline sauveur

questionner les liens entre corps et espace(s)

mains bleues

” Je lui ai proposé de faire une série de photos de ses mains, bleues. Sur la terrasse, le flacon de peinture que je viens d’amener et les récoltes d’été leur jardin. Il s’approche et prend délicatement une poignée de tomates cerise. Elles roulent, elles contrastent. Il n’en garde qu’une, qu’il éclate sous la pression des doigts, les graines se répandent.

Portraits de mains en surplomb, je cherche un fond ou le flou en arrière plan, on tente au-dessus de la nappe blanche qui recouvre la petite table. On essaye avec le bol du même bleu, on essaye avec les éclats de verre dépolis par la mer, ramassés sur une plage.
(…)”

Presqu’îl-e,
travail en cours (en corps)