Les yeux brodés – parution

Très heureuse de la parution de ce livre, Les yeux brodés, aux éditions Jacques Flament qui avait déjà publié mon livre photo Deviens ce que tu es, en 2017.

L’enfance ressurgit.
D’un balcon haut perché je regarde les voitures les lampadaires, arrive un bus de transport scolaire qui se gare et déverse ses enfants, fin d’une journée d’école. J’ai deux ans et demi et je crie « Z’enfants ! Je suis là ! » Tous ces copains qui viennent pour moi ! Alors je ne comprends pas qu’on me sourit, qu’on referme la porte derrière moi, qu’on m’explique que ça n’est pas le cas. J’ai pas crié assez fort ? Je suis trop petite pour qu’ils me voient, ou alors ça ne leur dit rien ? Je ne suis pas sûre que ce soit juste parce que je suis trop loin. Qu’est-ce qui prouve que je n’y suis pour rien ?
(…)

Ce texte court se compose de 14 chapitres et d’un happy-end, précédé de la préface, aux mots précis et nets, de Laurent Herrou, que je remercie encore pour cette introduction, qui questionne plus avant, qui continue dans un même élan la recherche déjà au coeur du livre.

Naître ou ne pas naître, telle serait la question. Si la question était posée, de cette manière-là. Mais Pauline Sauveur se moque des questions. Littéralement — dans le très beau chapitre 8. Elle les dépasse et se dépasse. Elle plonge, elle avance, elle se perd, elle se noie, elle trébuche, elle s’emporte, elle marche, elle se reprend, elle confie, et confiture aussi, elle ne cesse pas. D’être, de naître, de ne pas naître. De ne pas n’être ? En double négation qui perdrait le sens tout en le révélant, autrement, une fois de plus. (…)
Rencontrer Pauline Sauveur, sa voix, son écriture, c’est entendre l’écrivaine. Dans son débit, dans son flux, dans le flux et le reflux, dans le sang qui pulse et celui qui s’écoule, dans les bras qui enlacent embrassent flottent à la surface ou s’y agitent, disparaissent et repoussent, dépasser le visage sage de la petit fille et affronter la femme qui se cache derrière, rencontrer Pauline Sauveur, sa voix, son écriture, c’est comprendre peut-être, ne serait-ce qu’une fois, que l’écriture ne se lit pas seulement : elle s’entend, elle se dit, elle vous parle, elle te parle.

Laurent Herrou Villequiers, le 2 août 2018.

Et pour accompagner les 30 premières commandes, j’ai préparé un tirage de la photo de couverture, que l’éditeur se charge de joindre avec plaisir aux premiers livres.

Etiquette au dos des photographies, tapée à la machine dont il aura fallu ré-encrer le ruban, avec gant et patience et tampon encreur (méthode artisanale).

 

Et le sous-titre révélé :

le livre est disponible sur le site de l’éditeur :
éditions Jacques Flament

Collection : Marges
Parution : août
Pages : 78
Format : 130 x 200 cm
ISBN : 978-2-36336-368-8
Prix : 10 €

 

Comte de Choulot, paysagiste – parution

Je suis très (très) heureuse de la parution du livre sur la vie romanesque du comte de Choulot, Paul de Lavenne de son petit nom, (1794-1864) qui fut tout de même et notamment agent de liaison secret de la conteste de Berry dans les années 30 (1830),

et qui changera de vie, à plus de 45 ans, pour devenir paysagiste et développer une pensée particulièrement moderne dans son traité de L’art des jardins en 1846, tout en passant de la théorie à la pratique avec la réalisation de plus de 300 plans et créations de parcs en France.

Notamment dans la Nièvre.

J’ai arpenté avec une vraie curiosité et beaucoup de plaisir ces hui jardins privés, où se mêlent encore aujourd’hui, l’aspect agricole et l’aspect esthétique écologique et généreux de cette vision.

Chaque propriété est pensée comme une entité généreuse et raisonnée, avec autonomie, fonctionnalité, bon sens, récupération de l’eau de pluie, arrosage intégré, beauté des constructions, beauté et sensibilité à tous les plans, proches et lointains, perspectives et ouverture, protection et intimité.

Avec la volonté d’inscrire le jardin dans le grand tout, c’est à dire autour, ce qui le dépasse et ce qui le prolonge, le voisinage, le paysage. Tout y est et s’y trouve encore, évoluant au fil du temps, ce temps dont on a remonté les traces et que vous pourrez lire dedans le livre de 176 pages.

Paul de Lavenne, Comte de Choulot, paysagiste (1794 – 1864)
Recherches et rédaction, Virginie Jules

Conception de la couverture, Thierry Bonnat

Et moi-même pour une petite centaine de photographies des 8 parcs.



Publication du CAUE58
Conseil d’architecture d’urbanisme et de l’environnent de la
Nièvre

 

 

 

 

 

 

Le petit déjeuner – revue TK21

« Le corps, motif, objet ou fragment, est un habitant peut-être fragile, peut-être immobile (comment en être certain). Le corps de l’autre est une question ouverte matérialisée dans l’image, sur nous-même, sur notre relation à l’espace et nos attachements au lieu.
(…)
La nudité a été une proposition, et la lenteur, le silence et la respiration sont entrés dans l’image en même temps.
L’interrogation se renouvelle à chaque image, à chaque étape, sur ma manière de le prendre en photo. Invité dans le cadre il permet de continuer l’étonnement, les incertitudes et l’appétit, tout en apportant une esquisse de réponse.
(…) »

extrait de ma présentation du Petit déjeuner,  série photographique avec Laurent Herrou, accueillie dans la rubrique Image de la très belle revue TK-21 en ligne.

 

 » Une image est une surface signifiante sur laquelle apparaissent des éléments, lignes, couleurs, formes diverses, qui entretiennent des relations ne relevant pas de la logique verbale et textuelle, mais d’une dimension « magique ». Fixe pendant des millénaires, l’image s’est animée avec l’invention du cinéma. Depuis l’invention de la vidéo et des appareils numériques elle ne peut plus être perçue comme analogique.
(…) »

Article de Martial Verdier
mis en ligne le 18 février 2018

NiepceBook #7 Corridor Elephant

Les remerciements sont souvent un peu plats, un peu et toujours pareils
n’empêche :

Merci !
Merci !!
Merci !!!

A tous ceux et celles qui ont lu, soutenu, partagé, voté, relayé et fait de ce septième numéro du NiepceBokk édité par Corridor Elephant  une belle aventure  qui va prendre forme prochainement en 300 ouvrages imprimés !

Merci aussi pour les votes, puisque c’est une des images de Presqu’îl-e  qui sera en couverture !

Me voilà honorée de ce bel enthousiasme pour cette image orange et bleue
qui racontera à chacun ce qu’il pense y voir.

Le thème Territoire(s) égalité(s)  est aussi ce qui a porté ce numéro jusqu’à 230 % de son objectif  de campagne de précommande.

Le thème et tout ce qui a été dévoilé des 10 projets qui illustrent ces questions vitales, centrales, politiques, personnelles et intimes.

Soit le travail de :
Antonio Domingues
Baptiste Gamby
Arbogast Emma
Christophe Vandon
Chrystel Caparros
Alban Lécuyer
Guillaume Lavit d’Hautefort
Nicolas Beaumont
Ymy Nigris
et le mien : Presqu’îl-e

Chouette !!!
vous allez (nous allons)
bientôt pouvoir découvrir tout ça !

Merci à toute l’équipe de Corridor Eléphant, à Anouk Mahler et Pierre Leotard notamment. Et pour les textes, merci à Jean-Paul Gavard-Perret, Orianne Papin, Hervé Hubert et Jean-Luc Aribau.

10 univers à découvrir :

NiepceBokk #7 – Territoire(s) égalité(s)

Territoire(s) égalité(s)

Ce double thème pour aborder ce qui est central, nos territoires, nos géographies. La mesure de notre espace de liberté, d’habiter, de se mouvoir et de se déplacer. Le territoire de nos égalités, la carte des inégalités, les strates et les grilles qui se superposent et s’accumulent.

Notre cartographie individuelle, quotidienne, intime, notre liberté d’action,  le champs de nos possibilités, le domaine que nos choix définissent, ce qui nous reste, le territoire qu’on laisse derrière soi, aux autres, aux futures générations.

En échos multiples, notamment avec mes questions posées sur des cartes postales :
Qu’est-ce qui est territoire
Qu’est ce qu’il y a sous la peau
Qui je suis au-delà de ça
À quoi sert la terre du paysage ?
Qu’est-ce que la peau du paysage ?
Est-ce que le paysage est un corps ?
(résidence d’écriture en Essonne – novembre 2015)

Autant de questions à lire entre les lignes et les regards, les architectures et les corps, les images des 10 univers qui se trouvent dans ce septième numéro de NiepceBook publié par Corridor Elephant.

Chrystel Caparros, Alban Lécuyer, Antonio Domingues, Guillaume Lavit d’Hautefort, Arbogast Emma, Nicolas Beaumont, Christophe Vandon, Baptiste Gamby, Ymy Nigris et moi-même.

Vous, nous, (je) découvrirez les séries photos, certaines portent des titres d’autres se livrent telles quelles : Femmes en Exil, Ici Prochainement, Absences, OSE Ouest Sud Est, Les traces du soleil, Identité Ardoines, Presque Il-e.

10 portfolio, 10 entretiens et aucune publicité.
La revue est éditée suite à la campagne de pré-achat, et les numéros correspondent à ceux qui ont été voulus, désirés, sans gaspillage, ni réédition.

Couverture de la revue photo – NiepceBook # 7

NiepceBook est un livre-revue de photographie contemporaine
édité par Corridor Elephant

10 photographes
10 portfolios
10 entretiens
(et zéro pub)

J’y serai en bonne compagnie avec :

Chrystel Caparros
Alban Lécuyer
Antonio Domingues
Guillaume Lavit d’Hautefort
Arbogast Emma
Nicolas Beaumont
Ymy Nigris
Christophe Vandon
et Baptiste Gamby

Ce septième numéro est accessible en pré-achat sur KissKiss BankBank
https://www.kisskissbankbank.com/niepcebook-n-07

Pour ce numéro, c’est à nouveau au public de choisir la couverture
le principe est simple et intéressant et pragmatique :
10 photographes
10 couvertures possibles !

C’est à vous de choisir votre préférée
et de le faire savoir en votant

Et la proposition de couverture
avec une photo de ma série Presqu’îl-e :


A vous de choisir !!!

revue photo – NiepceBook # 7

Une publication se prépare…

NiepceBook est une revue de photographie, présentant 10 photographes, 10 portfolio et autant d’entretiens, et un peu plus encore.

Sans publicité, c’est à signaler, c’est une revue-livre, à collectionner, numérotée, éditée par Corridor Eléphant, qui édite également des livres photos, expose des plasticiens, des chroniques, une revue de presse…

Et qui avait notamment présenté deux de mes séries :
le petit déjeuner et les chaises sont des fenêtres comme les autres.

Voici une couverture provisoire (eh oui vous pourrez choisir et voter pour votre préférée)

Et en exclusivité mondiale !
Une première image de chaque série
révélée une fois par jour à 18 heures précises
pour chaque photographe
(sur la page FB des éditions)
rassemblées ici !

Chrystel Caparros
Emma Arbogast
Antonio Domingues
Guillaume Lavit d’Hautefort
Alban Lécuyer
Nicolas Beaumont
Ymy Nigris
Christophe Vandon
Batiste Gamby

et la mienne :

Pauline Sauveur

 

Deviens ce que tu es – parution

Trans.
Transformer.
Transporter.
Transhumance et migration des poils, le troupeau silencieux.
Transylvanie ? Littéralement région au-delà des forêts.
Partir, traverser les forêts inconnues et hantées des contes, celles des épreuves initiatiques.

C’est un rituel qu’il va falloir apprendre.
Les aiguilles c’est du modèle enfant, ça rentre tout seul.
La première fois, j’ai dit bon, OK on y va et j’ai tapé fort en plein la cuisse, paf ! Comme ça. L’infirmière a hurlé : mais vous êtes fou ? Ça m’a fait marrer, je voyais pas où était le problème ça m’a fait mal trois jours, je n’arrivais plus à marcher. Mais au bout de cinq jours c’est parti.

Faire entrer la lumière.
Début des travaux percement d’une ouverture dans le mur du salon. Se mettre de la lumière à l’intérieur, se mettre en lumière. Ouvrir grand.
(…)

Deviens ce que tu es
devenir soi
se chercher
s’atteindre
trouver
transformer
chercher encore

Ce livre photo représente une étape de plus dans ce projet vaste qu’est Presqu’îl-e. Une rencontre un long cours, un projet multiple à la fois photographique, littéraire, théâtral…

Je suis très heureuse de cette nouvelle étape, qui est aussi le prolongement direct de l’exposition photo qui existe depuis 2014.
Elle fut exposée au Luisant à Germigny l’Exempt (18) (expo lecture)
puis l’année d’après aux Silos à Chaumont (52) (résidence d’écriture)
et enfin à Confluences (75) pour Trans time – dégenrez-vous (expo lecture).

C’est un projet qui a aussi été publié dans la revue Square Magazine qui se consacre à la photo carrée et plus précisément dans le n° 602 (2015) après avoir été hébergé et en chantier lors d’une résidence numérique.

Le sujet a également progressé, en filigrane tout le long de ma résidence en Essonne, dont le journal est en ligne sur le site remue.net.

C’est un projet
qui continue
encore.

En vente sur le site des éditions Jacques Flament
Collection : Images & mots

ISBN : 978-2-36336-307-7
80 pages
Format 210 × 210 cm
Parution avril 2017
Prix : 20 €

Sauvage(s)! – parution

Sauvage(s)!

c’est un livre collectif édité par ONiva, pour Ogres Nourris à l’Insouciance Vibrante de l’Art (oui, carrément) est un éditeur lyonnais.
C’est une maison qui se définie elle-même comme « farouchement indépendante, intégralement associative, raisonnablement démocratique, écologiquement responsable et foncièrement humaine« .

C’est un livre, née d’une image, celle de l’écriture-fauve, d’une main qui griffe la page lors d’un atelier d’écriture, avec les yeux de celle à qui appartient la main, cachés derrière une longue mèche de cheveux noirs.

C’est un livre avec
les textes de fabienne bergery, valérie sourdieux, judith lesur,
joséphine caraballo, marlène tissot, prune chanay, loutre barbier,
aurélie ruffié, lara caproni, pauline sauveur, polina vittoria,
servane danton, marie-lise priouret, anne-laure néron
et les illustrations de dorothée richard.

EXTRAITS :
« (…)
Paysages de mots tus et bouches cousues à travers le monde. Que deviennent tous les milliards de cris tus par jour ? Nos larynx finiront-ils atrophiés à force de ravaler ce qui devrait naturellement jaillir de nos gorges déployées ? (…) »
Le cri tu tue / Joséphine Caraballo

« (…)
Ils prennent sur tes battements de cœur
Sur ta respiration
Ils ont pris l’intérieur
Et ils restent en-deçà. Ils tournent… (…) »
La meute-loups / Marie-Lise Priouret

« (…)
24 images seconde qui déploient la tragédie, participent à l’apologie de l’horreur. La propagande en marche se rue sur nous…
À quelques mètres de moi, dans la chambre, son corps ensommeillé respire, palpite.
Je connais exactement l’endroit où la menace ne m’atteint pas, où je me dispense du monde. (…) »
Vivantes / Valérie Sourdieux Zoppardo

« (…)
Je me fonds dans l’eau avec vous, je suis l’habitante de l’étang autant que vous, puisque je vis et respire avec vous, et je vous vois tous, je vous parle et vous comprends, êtres majestueux, je suis femme et nous avons les mêmes besoins et les mêmes plaisirs. (…) »
Entre chien et loup / Fabienne Bergery

« (…)
il ne faut plus rêver, il faut dépasser le rêve. (…) »
Soleil par terre / Laurence Loutre-Barbier

« (…)
D’ailleurs, je te berce tu sais. Tu vois bien. Tu sens. Le bercement.
Tu mords, tu mords, mais c’est pas grave.
Non, j’ai pas peur. Pourquoi j’aurais ? (…) »
Deux mains les dents / Pauline Sauveur

Sauvage(s)!
textes / photos / dessins
84 pages
11 x 17 cm
ISBN 978-2-915356-18-2
12 euros

Chez elle – parution

« presqu’île presqu’elle presqu’une île et de l’eau de l’eau partout de l’eau en ville j’habite chez elle et je dors dans le bureau il y a de gros travaux dehors dans le bureau je dors au pied du fusil mitrailleur je dors des boîtes de cartouches et la mallette en alu bien rangés je dors bien je pars à l’école chaque matin je file droit jusqu’au parc moche de l’église je tourne à gauche et j’entre dans le quartier de la montagne rouge
(…) »

Un texte court et deux photographies, dans le livre édité par Littérature mineure, imprimé et plié par Marie-Laure Dagoit, éditrice aussi élégante que son catalogue.

Chez elle
pauline sauveur
8 euros

Parution – Le drôle de chat qui mord

Il est sorti, ce 10 février 2017, aux éditions de la Souris qui raconte !
Le drôle de chat est une drôle d’histoire…

éditions la souris qui raconte Le drôle de chat qui mord sauveur pauline auteure Giovanna Gazzi illustratrice

Au départ, je voulais écrire sur l’architecture, les maisons.
Puis c’est devenu tragique et grave (au début).
Et la maison, comme les habitants ont appris à traverser le temps, à doucement continuer.

Le livre est numérique.
Pas de papier, ni de carton pour la couverture, pas d’album dans les mains.

Tout d’abord, j’ai découvert, les premiers croquis de Giovanna Gazzi.

éditions la souris qui raconte Le drôle de chat qui mord sauveur pauline auteure Giovanna Gazzi illustratrice

Puis ses propositions de mise en page et en animation.

éditions la souris qui raconte Le drôle de chat qui mord sauveur pauline auteure Giovanna Gazzi illustratrice

En janvier dernier j’ai ouvert un mail avec le chemin de fer, c’est à dire l’enchainement de toutes les pages, le corps du livre avec l’intégration du texte. Quelle émotion !

Et il y a peu, j’ai regardé le livre complet.
Car oui le numérique fait livre.
La voix raconte, les images s’étendent sur deux pages, une avec le texte de la page et l’autre pour le dessin. La musique effleure les pages, donne le ton, les bruitages légers accompagnent la lecture. Les animations, si simples, pleines de poésie.

Je suis très heureuse de faire partie d’une tel ensemble !

éditions la souris qui raconte Le drôle de chat qui mord sauveur pauline auteure Giovanna Gazzi illustratrice
« Le drôle de chat qui mord
Ou
Le tamanoir froissé
Le tigre du Berry aux dents acérées
Le coléoptère géant qui dort à moitié
Quelle est cette ombre triste et glacée ?
Installée dans la maison, dans la clairière, dans la forêt ?
À côté du champ d’orge et de blé ?
Il était une fois, il y a fort longtemps, une femme et un homme qui s’aimaient.
Ils trouvèrent un grand pré, une clairière et un morceau de forêt.
Ils étaient jeunes et beaux, jeunes et amoureux.
Donc, plein d’amour et de volonté, ils commencèrent à labourer le champ, couper du bois et construire une maison. Ainsi passait chaque jour. Et ainsi chaque soir passait.
A la nuit tombée, ils retournaient à la petite cabane qu’ils habitaient juste à l’orée des bois, en attendant que leur maison soit terminée. La saison passait et chaque histoire grandissait : l’orge et le blé dans le champ, l’enfant dans le ventre de sa mère et le toit sur la grande et belle et unique pièce de la maison en bois. Au début de l’automne ils s’installèrent, et commencèrent immédiatement la construction d’une petite chambre à l’arrière, tournée vers la forêt.
Au printemps ce fut la joie. Mais, l’enfant attendu, c’est un mystère, touché par une maladie sans nom, ne vécu que le temps d’une saison. Inconsolables et malheureux les amoureux fermèrent la petite chambre et condamnèrent la porte par une belle étoffe brodée.
(…) »
Autrice : Pauline Sauveur
Illustratrice : Giovanna Gazzi
Conteuse : Cécile Givernet
Animateur : Prakash Topsy
Développement : Pierre Canthelou
Editions : La souris qui raconte

 

Et pour en savoir un peu plus,
Finlande Helsinki le Drôle de chat qui mord écriture photographie Sauveur pauline auteure
extrait de l’interview :
(…)
LSQR :
Les illustrations de Giovanna Gazzi, d’une délicatesse infinie, respectent votre phrasé. Pas de pathos, mais au contraire une immense bienveillance sur ce sujet vivant qu’est la mort ! Vous le dites si bien ! Qu’avez-vous éprouvé à leur découverte, et si je vous demandais de choisir une seule image dans tout le livre, quelle serait-elle ?
PS :
Ce fut assez long je me souviens, pour trouver la personne qui prendrait en charge l’illustration. Mais j’étais confiante, car il me semble que l’idée de base dont on avait parlé ensemble, d’un dessin délicat et plein de poésie, était ce qu’il fallait pour ce texte. Aussi, j’ai beaucoup aimé ce que j’ai découvert du travail de Giovanna quand vous m’avez envoyé le lien.
Et dès les premier croquis j’ai adoré. C’était très beau de voir sa proposition, de voir le déroulé d’images prendre forme. Je me souviens aussi de l’instant où j’ai découvert le chemin de fer complet, c’était le 7 janvier 2016, il pleuvait, j’étais en déplacement, et j’ai ouvert le mail dans un café. J’étais sous le charme et heureuse. Je l’ai évoqué dans le journal de résidence que j’écrivais à ce moment là comme d’un moment lumineux. (c’est grâce au journal que je me souviens de la date !)
Pour choisir une seule image, quelle affaire ! J’aime toutes les petites bébêtes qui traversent l’écran, j’aime beaucoup l’arbre au fil des saisons, et la page avec le lièvre le tamanoir et le hérisson fâché !
Mais à choisir une seule page ce serait celle avec le petit bonhomme de bois sur le buffet. J’ai été étonnée et emballée par chaque détail, comme d’avoir 4 ans et de poser le nez sur le rebord du meuble pour regarder entre les bols, les vases, et les pots de fleurs. Mais heureusement le livre comporte plein de pages, on peut toutes les aimer !
(…)
éditions la souris qui raconte Le drôle de chat qui mord sauveur pauline auteure Giovanna Gazzi illustratrice
éditions la souris qui raconte Le drôle de chat qui mord sauveur pauline auteure Giovanna Gazzi illustratrice
Pour voir les 14 premières pages : un extrait gratuit du drôle de chat.

Les éditions fonctionnent sur un principe d’abonnement.
Vous trouverez toutes les infos sur leur site.

Bonne lecture !

 

Deux mains les dents, publication du recueil collectif Sauvage(s) !

 » Tu peux y aller.
Non non, je t’en prie.
C’est bon.
Mais, heureusement que c’est bon !
Oui, vas-y, vas-y. C’est pas grave. Tu peux me bouffer la moitié des doigts, va, et me prendre le bras.
(…) « 
Mon texte Deux mains les dents parait ce 15 décembre aux éditions Oniva (Ogres Nourris à l’Insouciance Vibrante de l’Art) dans un recueil Sauvage(s)
14 autrices sauvages !
Fabienne Bergery, Valérie Sourdieux, Judith Lesur, Joséphine
Caraballo, Marlene Tissot, Prune Chanay, Loutre Barbier, Aurélie
Ruffié, Lara Caproni, Pauline Sauveur, Polina Vittoria, Servane Danton,
Marie-Lise Priouret, Anne-Laure Néron.
1 illustratrice sauvage !
Dorothée Richard.
Livre graphique 80 pages + couverture couleur à rabats
17 x 11cm
12 €
ISBN 978 -2-915356 -18 -2
Et pour la souscription les infos sont juste là : et sur la page Facebook de Oniva
Pauline Sauveur Polina Vittoria Servane Danton Marie-Lise Priouret Anne-Laure Néron illustration Dorothée Richard Editions Oniva recueil Sauvage(s) ! Fabienne Bergery Valérie Sourdieux Judith Lesur Joséphine Caraballo Marlene Tissot Prune Chanay Loutre Barbier Aurélie Ruffié Lara Caproni

3 nouvelles maisons chez Poïein éditeur

nouvelle risographie sauveur pauline éditions poïein livre d'artiste trois maisons
Extraits :
La maison digère
La maison ferme les yeux.

C’était chez lui, il y a peu, il y a cinq ou six ans, une petite éternité. Il a laissé des objets, la frange
de la masse immense des affaires matérielles, qu’on trimbale et qui s’accordent à nos gestes
essentiels. Manger, dormir, aimer, grandir, vieillir et vivre chaque jour.
Machine à l’arrêt, elle les laisse fondre sous la langue et mâchouille rêveusement. Objets usés, ils
s’amenuisent, se perdent et s’inutilisent. Oblitéré, superflus, sans valeur pour même se voir
embarqués aux portes du dernier déménagement.
nouvelle risographie sauveur pauline éditions poïein livre d'artiste trois maisons
 
Ombre sombre
Tu tournes en boitant encore, comme après tes exercices
de musculation, lors des séances de rééducation. Il fait
chaud. Septembre c’est l’été, les grillons le racontent
encore chaque soir. La lumière crue de midi, aux mille
éclats sur les pare-brise et les carrosseries. Le parking
est toujours plein en face. T’imaginais pas qu’il y avait
tant de monde tout le temps. Inlassablement.
nouvelle risographie sauveur pauline éditions poïein livre d'artiste trois maisons

P.O.E.M.E ?
Petit Objet Editorial Manuellement Elaboré

Trois nouvelles imprimées en risographie pour cette publication sous forme d’objet-livre d’artiste.
Trois nouvelles présentées et lues à l’occasion de ma résidence d’auteure à Chaumont, avec les Silos maison du livre et de l’affiche, dont le salon du livre avait pour thème : ville et littérature.

nouvelle risographie sauveur pauline éditions poïein livre d'artiste trois maisons
nouvelle risographie sauveur pauline éditions poïein livre d'artiste trois maisons

 

Pour y arriver :
Il y a eu les conseils précis de Benjamin Cheminat, graphiste de l’agence Des monstres sous mon lit, et ceux de l’association Chaumont Design Graphique, avec qui nous avons fait les tirages.

Il y a eu des essais et des fichiers, principalement pour constituer des images en niveaux de gris pour chaque couleur (ici or et noir).

nouvelle risographie sauveur pauline éditions poïein livre d'artiste trois maisons

nouvelle risographie sauveur pauline éditions poïein livre d'artiste trois maisons

nouvelle risographie sauveur pauline éditions poïein livre d'artiste trois maisons

Il y a eu les impressions à Chaumont en juin.
Il y eu le pliage des 309 exemplaires des nouvelles.

nouvelle risographie sauveur pauline éditions poïein livre d'artiste trois maisons
nouvelle risographie sauveur pauline éditions poïein livre d'artiste trois maisons

Et enfin la finalisation chez l’éditeur Poïein : assemblage, collage et marque des éditions en rouge sur le bandeau qui sert de couverture !

Editeur qui à pris également « Désir nu » dans son catalogue (volume n°138).

nouvelle risographie sauveur pauline éditions poïein livre d'artiste trois maisons

 

nouvelle risographie sauveur pauline éditions poïein livre d'artiste trois maisons
Publication réalisée dans le cadre de la résidence de l’auteure à la médiathèque les silos, maison du livre et de l’affiche à l’occasion du 13ème Salon du livre de Chaumont, Ville et littérature, organisé par la Ville de Chaumont. La résidence d’auteur a bénéficié du soutien financier de l’Acsé, de la Région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine et de l’Agglomération de Chaumont. Remerciements à Chaumont Design Graphique pour son aide précieuse pour l’impression, qui a été réalisée sur papier Coral Book White 110gr, par une et deux belles journées de juin 2016.
nouvelle risographie sauveur pauline éditions poïein livre d'artiste trois maisons