Deviens ce que tu es – Expo lecture à Paris

Trans
Traversée
Transfuge — refuge. Trans-planté dans un autre territoire.
Avec le chemin à faire, sur ses propres jambes, pour développer ses propres racines.

L’inventaire du rien.
Là tu viens et rien de fait. Pas encore d’effets visibles, à peine les muscles au niveau des biceps. C’est une pose souvent reprise, lever les bras et faire saillir les muscles, en signe de victoire, de force et de puissance. Pas encore d’effet, et pourtant. Dès la première injection la libido explose, éclate, et envahit tout.

Le projet Presqu’îl-e 
existe
dans un premier livre intitulé Deviens ce que tu es
paru chez Jacques Flament éditions
dans sa belle collection Images&Mots

Il existe aussi sous la forme d’une exposition
actuellement visible (et jusqu’au 30 nov.)
au Café librairie de Sancerre (18)

 

qui donc sera accueillie à la Librairie Violette and Co
au 102 rue de Charonne, Paris 11ème,
et qui sera présente jusqu’au 7 janvier 2018.

Je lirai des extraits du livre ainsi que des pages inédites sur le même sujet.

Et pour fêter dignement le vernissage et la lecture
il y aura à n’en point douter
des cacahuètes !
C’est dire !

Au plaisir de vous y rencontrer : )

 

Récapitulatif des infos :

>> Café Librairie de Sancerre :
4 rue des trois pilliers, 18300 Sancerre
renseignements au 02 48 54 34 80
C’est ouvert le mercredi de 15h à 19h,
du jeudi au samedi de 10h à 12h et 15h à 19h,
et le dimanche de 11h à 12h30 et 15h30 à 18h30.

>> Librairie Violette and Co :
102 rue de Charonne, 75011 Paris
renseignements au 01 43 72 16 07
Ouverte du mardi au samedi de 11h à 20h30
et le dimanche de 14h à 19h.

Presqu’île.
Celle que l’on atteint en barque parce que la route n’existe pas. Elle est difficile d’accès et on est chaque fois heureux de l’atteindre. Elle est a ce dosage d’une entité autonome mais reliée. Une route pourrait être tracée, qui y sera dans des années, après. Mais là, elle ne l’est pas.

C’est une presqu’île sauvage, qui ne me fait pas peur, parce que ce presque change la donne. Un jour à pied s’il le faut, la traversée peut se faire, la possibilité est là, l’éventualité du fil, invisible, l’idée. Presqu’île, c’est un lieu, une catégorie d’espace. C’est une idée ronde qui se balade, s’attache, s’emporte et se relie.

Et c’est l’île parfois réelle et complète, quand vient la marée.

diffusion radio / Deviens ce que tu es

C’est avec grand plaisir que j’ai répondu à l’invitation de Carole Bijou, qui anime une émission consacrée à la poésie sur Radio Canut à Lyon :
La poésie débouche (des bouches !)

Carole recevait ce 10 novembre, la poétesse Estelle Fenzy
pour une émission d’une heure sur le thème de la féminité.

Une émission pour découvrir une voix, des livres et tout un univers,
et aussi de la bonne musique pour les oreilles !

Estelle Fenzy, poétesse

une étole de peu
elle suffira bien

et le cri à genoux dans mon corps

plus bleu je crois

Estelle a lu ses textes
et Carole a partagé des extraits
d’Albane Gellé L’air libre
de Vénus Khoury Ghata Quelle est la nuit parmi les nuits

et un extrait de mon projet Presqu’îl-e
publié en partie dans Deviens ce que tu es
paru aux éditions Jacques Flament dans la collection Images&Mots.

Retrouvez l’émission sur le site de Radio Canut
ou sur le site des audioblogs sur Arté radio 

Estelle Fenzy  a publié :
Chut (le monstre dort), La Part Commune, 2015
Sans, La Porte, 2015 Rouge vive, Al Manar, 2016
Juste après, La Porte, 2016
L’entaille et la couture, Henry, 2016
Mère, La boucherie littéraire, 2017
Le papillon, Petit Flou, 2017

Deviens ce que tu es – expo lecture à Sancerre

 

C’est avec plaisir que je prépare
la prochaine exposition des photos
tirées du livre Deviens ce que tu es
le livre est publié aux éditions Jacques Flament
dans sa collection Images&Mots

L’exposition aura lieu du
27 octobre au 29 novembre
au Café librairie de Sancerre.

Vernissage et lecture musicale

samedi 27 octobre à 18h30

Je serai accompagnée à l’accordéon par Roby Rousselot !

Le café librairie se trouve
au 4 rue des trois pilliers,
à Sancerre (18300)

Renseignements au 02 48 54 34 80

C’est ouvert le mercredi de 15h à 19h,
du jeudi au samedi de 10h à 12h et 15h à 19h,
et le dimanche de 11h à 12h30 et 15h30 à 18h30.

Bienvenus !!!

Des mots dehors – retour sur un « Léz’arts ô collège »

Land-art-écrit au collège de St Germain. Un beau projet autour de l’écriture et de l’espace, de l’expérimentation de l’espace du collège, de la mise en espace de l’écriture…

Commencer par lire à chaque fois, partager une histoire. Puis multiplier les approches : déambuler, dedans, dehors, écrire, noter vite, découvrir les lieux fermés aux élèves, écrire et se coltiner les contraintes, encore et chaque fois. Lire et se lire, dire.

Découvrir comment Séverine Delbosq, de la compagnie de danse l’Essoreuse, propose de suivre les mots sur les lèvres d’un autre, de suivre les lignes invisibles et les mouvements du hall au couloir, de l’escalier à la salle, de créer un refrain de mouvements, et se prendre au jeu.

Mettre en forme les textes, tous leurs textes, et la salle informatique se transforme en ruche rédactionnelle, ce qui discutent et ceux qui saisissent sur les claviers, trois heures intenses !

Passage dans le couloir secret.
Bien au chaud à l’intérieur.
Un élève qui s’endort

La cantine est la pièce la plus belle
à 8h39 dans les escaliers
et vous vos stylos bleu sont en mutation comme moi ?
Car moi je les mâchouille.

Passage obscur du froid.
Traces de fatigue sur nos visages, des pas, à l’usure du
temps.

Je suis seul, le collège entier est tombé malade. Les
profs, les élèves, les administrateurs, tout le monde.

Un colibri mort et abandonné c’est comme une chaussette.
Ciel blanc, gris,
au bord du grillage de l’herbe
traces humaines, maisons, clôtures, nature.

Regardant le ciel, respirant un air si pur et sauvage.
Là-bas, il y a mes sept copines.
Là-bas, la chaleur du radiateur nous apaise et la vue
de la fenêtre nous rend nostalgiques.

Demain, je ferai un travail d’écriture sans savoir quoi
mettre.

Rendre les mots imperméables et malléables, accrochables, agrafables, visssables et visibles, lisibles dans tout l’espace extérieur du collège.

 

Merci à tous les élèves, pour leur curiosité et leur implication, c’était une belle conclusion de les voir courir installer leurs textes décider où, comment, faire leurs choix, mettre en oeuvre, occuper la place !
Merci à l’équipe pédagogique et administrative, et aux différents partenaires (Conseil départemental et DRAC du Cher).

Un monde_Tir à vue / Laurent Herrou_Pauline Sauveur (un an)

 

Mise en ligne le 14 juillet prochain de la lecture d’Un monde_Tir à vue (texte intégral) en mémoire des évènements du 14 juillet 2016.

Bande annonce :

Extraits :

(…) des femmes qui oseraient se placer en échantillon qui engloberaient le masculin au nom de quoi je vous le demande alors que moi inversement je l’ai tellement alors que nous nous l’avons totalement intériorisé cette représentation générique par l’autre moitié la moitié qui dicte et confirme intégré tellement intégré au point de devoir lutter je dois lutter pour ouvrir mes yeux pour regarder mathématiquement ce qui est ce qui se passe s’organise partout chaque jour (…).
Pauline Sauveur

(…) Nice est une ville carrée : un seul de ses côtés est mouvant, trompeur, un seul offre une issue, trompeuse elle aussi, dangereuse, inutile.
La mer.
On descendait sur la Promenade des Anglais, Gambetta débouchait à quelques mètres de l’hôpital Lenval par lequel le chauffeur du camion blanc emprunterait l’accès réservé aux piétons et écraserait la foule. On se posait sur les chaises bleues, un banc, parfois la rambarde usée par le temps, et on regardait la mer.(…)
Laurent Herrou