anima

Lecture anima

Lire
Lire anima

ce jeudi 28 juin 2018
à partir de 18h30
au château de Villequiers (18)

Là où notre collectif * Public averti, en de nombreuses occasions, a pris place (expositions, lectures, performances, installations…)

« Vous partez ou vous venez chercher quelqu’un ? demande Roland.
Avant ça, il a sorti un portable de sa poche. Il a passé un appel.
Je sais que lui ne part pas. Qu’il attend. Qu’il en a encore pour une heure au moins.
Comme moi.
Je pars, je dis.
(…) »

Laurent Herrou lira Cocktail
paru aux éditions Jacques Flament en ce mois de juin 2018

Et je lirai Anima :

« putain de renard qui avait raison
on est responsable de ceux que l’on apprivoise
cette envie reptile d’avoir tout sans renoncer à rien
mon double crocodile
cette envie simple
cet appétit-là qui est
le désir
inextricable qui court et qui bondit sous la peau
bong sang
bong bong c’est joli oui
c’est le cœur qui cogne aux dents et l’envie qui me remplit la bouche
(…) »

Ce sera également l’occasion de découvrir la belle série photographique Livraison, de Laetitia Gossart.

Renseignements par mail : contact

Au plaisir de vous rencontrer à cette occasion !

pauline sauveur presqu'îl-e 21

Genre et architecture

Des question et des questions
et des esquisses de pistes de réflexion !

Je suis très heureuse d’intervenir prochainement lors de cette riche journée (elle le sera) de formation, avec une réflexion sur genre et ville, genre et architecture, suivi d’une lecture d’un extrait de mon projet Presqu’îl-e, sur l’invitation des Ateliers Pratiques de Psychanalyse Sociale.

La ville est-elle construite et pensée pour deux genres ?
Comment ?
En quoi l’apparition d’un troisième genre bouleverse les rapports et l’espace social ?
Que changera-t-il à court ou moyen terme sur la construction de l’espace social ?
Qu’a changé la rencontre transidentitaire ?

La ville est-elle construite en fonction du genre ?
Pour deux genres spécifiquement ?
Dans quelle mesure l’architecte, ou l’urbaniste, est coresponsable d’une conception genrée ?
Est-ce que l’architecture et l’urbanisme se construisent, se conçoivent suivant le genre ?
Est-ce qu’ils produisent des espaces différentiant le genre ?
Mais quel genre ? Celui des concepteurs ? Des décideurs ? Des investisseurs ?
Des usages ? Des usagers ? Des habitants ?

Est-ce que l’architecture a un genre ?
Est-ce qu’un banc, une salle, une école, un trottoir, un square, un immeuble, une route, une rue ont un genre ?
Est-ce qu’un équipement a un genre ?
Est-ce qu’un équipement s’adresse spécifiquement à un genre ?
Peut-on le reconnaitre après coup ?
Qu’en est-il d’un troisième genre ?
Peut-on reconnaître un troisième genre à l’œuvre dans l’espace urbain ou architectural ?
Qu’est-ce qui tient de l’usage, de la majorité des usagers observables ?
Qu’est-ce qui tient des concepteurs, des décideurs de ceux qui pensent la ville ?
Et qu’est-ce qui tient à l’espace lui-même ?

 

 

Apports et enjeux de la Transidentité
vendredi 15 Juin 2018

journée de formation
09h00 -17h00

Par ordre d’intervention :

à partir de 9h00
Axel Leotard, auteur
Hervé Hubert, psychiatre, psychanalyste
Hughes Gouzènes, médecin généraliste
Bertrand Ducornet, endocrinologue
Fanny Poirier, psychologue
Christine Rougemont, cinéaste

à partir de 14h00
Kasper Parot, enseignant
Pauline Sauveur, architecte, photographe, autrice
Caroline Maillard, assistante sociale
Magaly Lhotel, avocate
Joel Le Deroff, administrateur de la maison Arc en ciel à Bruxelles

Programme complet ici

Le lieu :
Association Élan retrouvé,
23 Rue De La Rochefoucauld
75009 Paris

Au plaisir de vous y rencontrer !

25398360_1588743164550398_4254809683691494908_o

Deviens ce que tu es – Expo lecture à Paris

Trans
Traversée
Transfuge — refuge. Trans-planté dans un autre territoire.
Avec le chemin à faire, sur ses propres jambes, pour développer ses propres racines.

L’inventaire du rien.
Là tu viens et rien de fait. Pas encore d’effets visibles, à peine les muscles au niveau des biceps. C’est une pose souvent reprise, lever les bras et faire saillir les muscles, en signe de victoire, de force et de puissance. Pas encore d’effet, et pourtant. Dès la première injection la libido explose, éclate, et envahit tout.

Le projet Presqu’îl-e 
existe
dans un premier livre intitulé Deviens ce que tu es
paru chez Jacques Flament éditions
dans sa belle collection Images&Mots

Il existe aussi sous la forme d’une exposition
actuellement visible (et jusqu’au 30 nov.)
au Café librairie de Sancerre (18)

 

qui donc sera accueillie à la Librairie Violette and Co
au 102 rue de Charonne, Paris 11ème,
et qui sera présente jusqu’au 7 janvier 2018.

Je lirai des extraits du livre ainsi que des pages inédites sur le même sujet.

Et pour fêter dignement le vernissage et la lecture
il y aura à n’en point douter
des cacahuètes !
C’est dire !

Au plaisir de vous y rencontrer : )

 

Récapitulatif des infos :

>> Café Librairie de Sancerre :
4 rue des trois pilliers, 18300 Sancerre
renseignements au 02 48 54 34 80
C’est ouvert le mercredi de 15h à 19h,
du jeudi au samedi de 10h à 12h et 15h à 19h,
et le dimanche de 11h à 12h30 et 15h30 à 18h30.

>> Librairie Violette and Co :
102 rue de Charonne, 75011 Paris
renseignements au 01 43 72 16 07
Ouverte du mardi au samedi de 11h à 20h30
et le dimanche de 14h à 19h.

Presqu’île.
Celle que l’on atteint en barque parce que la route n’existe pas. Elle est difficile d’accès et on est chaque fois heureux de l’atteindre. Elle est a ce dosage d’une entité autonome mais reliée. Une route pourrait être tracée, qui y sera dans des années, après. Mais là, elle ne l’est pas.

C’est une presqu’île sauvage, qui ne me fait pas peur, parce que ce presque change la donne. Un jour à pied s’il le faut, la traversée peut se faire, la possibilité est là, l’éventualité du fil, invisible, l’idée. Presqu’île, c’est un lieu, une catégorie d’espace. C’est une idée ronde qui se balade, s’attache, s’emporte et se relie.

Et c’est l’île parfois réelle et complète, quand vient la marée.

diffusion radio / Deviens ce que tu es

C’est avec grand plaisir que j’ai répondu à l’invitation de Carole Bijou, qui anime une émission consacrée à la poésie sur Radio Canut à Lyon :
La poésie débouche (des bouches !)

Carole recevait ce 10 novembre, la poétesse Estelle Fenzy
pour une émission d’une heure sur le thème de la féminité.

Une émission pour découvrir une voix, des livres et tout un univers,
et aussi de la bonne musique pour les oreilles !

Estelle Fenzy, poétesse

une étole de peu
elle suffira bien

et le cri à genoux dans mon corps

plus bleu je crois

Estelle a lu ses textes
et Carole a partagé des extraits
d’Albane Gellé L’air libre
de Vénus Khoury Ghata Quelle est la nuit parmi les nuits

et un extrait de mon projet Presqu’îl-e
publié en partie dans Deviens ce que tu es
paru aux éditions Jacques Flament dans la collection Images&Mots.

« (…) Si je pouvais faire la totale, là, tout de suite, une hystérectomie, je le ferais. En plus ça ne demande que cinq jours d’hospitalisation, après on rentre chez soi se reposer. Enlever l’utérus et les ovaires, avancer, en finir avec ça. De toute façon je suis ménopausé. Alors la question ne se pose plus. Et ça sera un plus pour la demande de changement d’identité. Ce n’est plus obligatoire, mais ça l’a été.

– Comme si c’était l’utérus et les ovaires qui marquaient de façon irrémédiable l’appartenance au genre féminin. Alors, que dire aux femmes qui ont dû subir cette opération, qu’elles ne sont plus femmes ? Bien sûr c’est un élément fort, physique et symbolique. Mais on nous ment alors ? L’état, la loi mentaient quand ils obligeaient à faire l’opération, certifiée, pour avoir le droit de demander le changement de genre sur ses papiers ? Puisque ce n’est plus obligatoire. À croire que l’utérus a cette force inestimable de spécifier l’appartenance du corps de l’individu à tel ou tel genre par son absence ou sa présence. Alors je redemande, qu’en est-il de celles qui l’ont subi sans le choisir ? Elles ne sont plus rien ? Elles sont quoi ? Incomplètes ? Vides ? Sans genre ? Asexuées ? Presque des femmes ? Plus tout à fait ?
(…) »

Retrouvez l’émission sur le site de Radio Canut

Estelle Fenzy  a publié :
Chut (le monstre dort), La Part Commune, 2015
Sans, La Porte, 2015 Rouge vive, Al Manar, 2016
Juste après, La Porte, 2016
L’entaille et la couture, Henry, 2016
Mère, La boucherie littéraire, 2017
Le papillon, Petit Flou, 2017

pauline sauveur1-001

Deviens ce que tu es – expo lecture à Sancerre

 

C’est avec plaisir que je prépare
la prochaine exposition des photos
tirées du livre Deviens ce que tu es
le livre est publié aux éditions Jacques Flament
dans sa collection Images&Mots

L’exposition aura lieu du
27 octobre au 29 novembre
au Café librairie de Sancerre.

Vernissage et lecture musicale

samedi 27 octobre à 18h30

Je serai accompagnée à l’accordéon par Roby Rousselot !

Le café librairie se trouve
au 4 rue des trois pilliers,
à Sancerre (18300)

Renseignements au 02 48 54 34 80

C’est ouvert le mercredi de 15h à 19h,
du jeudi au samedi de 10h à 12h et 15h à 19h,
et le dimanche de 11h à 12h30 et 15h30 à 18h30.

Bienvenus !!!